', 'auto'); ga('send', 'pageview');

Le collège Lacordaire accueille un groupe d’élèves allemands, 59370

Ce mois de juin a été l’occasion d’un chassé-croisé entre les élèves du collège et leurs correspondant étrangers.

Le collège privé Lacordaire est jumelé avec plusieurs établissements étrangers. Tandis que les échanges entre la France et l’Angleterre durent depuis dix ans, pour la seconde année seulement, une classe de troisième d’un établissement allemand, découvre la France. Ce collège allemand, l’IGS Pellenz à Plaidt, proche de Koblenz, comporte 1000 élèves, près du double   de Lacordaire. Les élèves français se sont rendus en Allemagne au mois d’avril. Ils ont pu découvrir la région : la ville de Coblence, la visite d’un château, un immense geyser de 20 m de haut qui surgit environ toutes les heures et aussi une balade sur le Rhin, avec une périlleuse traversée en téléphérique. « Les élèves ont été très bien accueilli dans les familles allemandes », explique Sylvie Drinkbier, la professeure d’allemand du collège. « C’est un échange culturel, un partage de l’amitié entre les deux pays et une découverte de nos différences. »  

Cette semaine, les petits allemands étaient à Mons. Au programme : une visite à Paris avec ses monuments, dont la Tour Eiffel, une journée à la plage à Malo-les-Bains avec la dégustation d’une glace au spéculos. « La plupart des élèves de l’établissement allemand le connaissent pas la mer » poursuit Sylvie Drinkbier. « C’est très loin de chez eux. Pour eux cette côte de la mer du Nord est très dépaysante.  Ils vont pouvoir suivre des cours en français dans toutes les matières. Parfois, il va falloir s’accrocher. Pour nous les professeurs, c’est tout aussi intéressant de voir les différences d’approche entre nos deux pays. En Allemagne, on peut tranquillement sortir son sandwich pendant le cours sans que cela ne choque personne. En France, ce serait mal vu et même réprimé. D’un autre côté les élèves allemands restent très disciplinés. » L’établissement à loué un appareil à selfies. Les élèves des deux établissements ont pu se photographier à loisir, le visage maquillé aux couleurs des drapeaux de la France ou de l’Allemagne.

Vous pouvez commenter cet article