Le vitrier n’est pas venu sans sa grue, rue des Prévoyants, 59370

Une des premières maisons, à l’entrée de la rue des Prévoyants, date de 1905. A cette époque la rue se déployait en plein champ et conduisait à la Plaine de Mons. Cette maison de maître a été acquise récemment par un nouveau propriétaire. Le projet des nouveaux arrivants est de restituer à la maison dans sa configuration d’origine. Pour cela il a fallu démolir une extension récente pour reconstruire la grande véranda, comme c’était le cas dans les années 1900. Mais construire un édifice au fur et à mesure est une chose et reconstruire dans un lieu inaccessible en est une autre. D’autant plus que désormais les verrières sont constituées de vasistas en triple vitrages aux poids et aux dimensions considérables. 

C’est la raison pour laquelle le vitrier, originaire de Douai, n’est pas venu sans sa grue. C’est un engin qu’il a déployé, rue des Prévoyants, à une hauteur de quarante mètres. Dans les cas extrêmes la flèche peut atteindre environ cinquante mètres. Cela lui fait un très long cou. C’est sans doute la raison pour laquelle elle est surmontée d’une tête de girafe ! En tous cas, le dispositif est bien pratique pour faire passer les lourdes verrières au-dessus de la maison et les déposer à pied-d ‘œuvre. Un chantier qui a distrait les habitants de la rue… moins s’ils avaient la nécessité de prendre leur véhicule car cette rue en sens unique a été barrée toute la journée…

Vous pouvez commenter cet article