J’ai testé pour vous le vol de ma poubelle

Disparition de votre poubelle ? Mode d'emploi !

J’habite un quartier tranquille où il ne se passe rien… en tous cas pour ce qui est des poubelles ! Le dimanche soir, on sort les deux bacs : le rouge (produits recyclables) et le gris (tout venant). Le lendemain matin, à potron-minet, on les récupère : vides ! Mais lundi dernier : plus de poubelle grise à l’horizon ! Je fais le tour des voisins. Un riverain qui rentrerait ma poubelle chez lui par erreur, cela peut arriver. J’apprends que la disparition des poubelles est un phénomène plus fréquent que l’on ne croit. Mon voisin d’en face s’est fait voler plusieurs fois sa poubelle ! Il se souvient même de la première, où il a dû aller déposer plainte à la Police pour vol, afin qu’on lui en fournisse une autre. C’était du temps où il y avait un Commissariat de la Police Nationale à Mons… c’est vous dire si ça date ! Mais, a-t-il ajouté : « Maintenant, c’est devenu très simple, il y a un service pour ça, à la MEL, tu vas voir sur internet et tu suis la procédure ! » Mon voisin de droite, lui aussi, s’est fait voler sa poubelle, mais, au bout de quelques jours, un riverain situé deux rues plus loin lui a signalé la poubelle, en face de chez lui. « Vous devriez faire le tour du quartier », me conseille-t-il. C’est ainsi que j’ai ratissé consciencieusement toutes les rues autour de mon domicile, mais… en pure perte ! Je me précipite sur le site de la MEL. Il connaît mon problème : « Votre poubelle est cassée, elle a été volée, la Métropole Européenne de Lille a confié la distribution des contenants pour les villes de Lille, Hellemmes, Mons en Baroeul à la Société SULO : 0800 152 337 ». Pour les autres villes c’est une autre adresse : « ESE : 0805 014 511 ».

J’appelle donc une charmante dame de la Société SULO qui est basée à Fretin. Mon problème, c’est son quotidien ! Elle m’envoie un modèle d’attestation sur l’honneur de vol ou de perte et me dit qu’une nouvelle poubelle sera livrée dans les 72 h à partir de la réception du document. Effectivement, trois jours plus tard, j’entends un petit bruit sympathique de poubelle à une heure inhabituelle et lorsque j’ouvre la porte, le nouveau bac est sur le trottoir. Incroyable que dans la France de 2020, des choses puissent encore marcher si simplement. Une information que m’a fournie la dame de SULO m’a beaucoup fait réfléchir. « Vous savez », m’a-t-elle dit, « en général les poubelles sont volées, mais il peut arriver, qu’exceptionnellement elles soient absorbées par l’engin de ramassage. » C’est peut-être le camion-benne qui a volé ma poubelle ! On ne peut se fier à personne !

Image par défaut
Alain Cadet, journaliste
Il a débuté dans la vie professionnelle comme enseignant. Après avoir coché la case du métier de photographe, il s’est orienté vers la réalisation de films documentaires, activité qui a rempli l’essentiel de sa carrière. Arrivé à la retraite, il a fait quelques films… mais pas beaucoup ! Les producteurs craignent toujours que, passé 60 ans, le réalisateur ait la mauvaise idée de leur faire un infarctus, ce qui leur ferait perdre beaucoup d’argent ! La suite a montré qu’ils se sont peut-être montrés un peu trop frileux, mais cela fait partie du passé. C’est ainsi que l’ancien réalisateur – un peu photographe, sur les bords – s’est mis à collaborer avec différents journaux. Il a aussi écrit des livres sur la guerre de 1914 – 1918 où l’image a une place importante. C’est ainsi que dans ce blog, on trouvera beaucoup d’articles sur des peintres ou des photographes anciens ou contemporains, des textes relatifs aux deux guerres, mais aussi des articles opportunistes sur différents événements. Comme les moyens du bord sont très limités, cela a obligé l’auteur à se remettre à la photographie – sa passion de jeunesse – pour illustrer ses textes. Il ne s’en plaint pas !