', 'auto'); ga('send', 'pageview');

Vendanges sous la pluie dans l’ancienne maison du « Marchand de vins »

Vendanges sous la pluie dans l’ancienne maison du « Marchand de vins »

Joëlle et Christian Poinsot ne possèdent qu’un seul pied de vigne, mais, il est particulièrement prolifique. Les vendanges, version 2021 ont eu lieu sous la pluie.

Joëlle et Christian habitent une maison très particulière.

Elle a été bâtie dans les années 1920 par l’architecte Eugène-Gabriel Pagnerre. Elle était destinée à servir de domicile à un Marchand de vins, tandis que le vaste entrepôt mitoyen constituait le chai. C’est la raison pour laquelle au lieu des fenêtres habituelles, on y trouve des ouvertures en demi-lune qui laissent passer juste ce qu’il faut de lumière pour ne pas abîmer le vin. Le logement a été construit dans le même style que ce bâtiment commercial très particulier. Un peu avant la Seconde Guerre mondiale, la propriété a été cédée à Robert Mouret, un artisan, qui en a fait  sa menuiserie avant de transmettre le local à son gendre, Charles Wilson. La retraite arrivant, la maison et l’atelier ont été vendus séparément. Ils ont connu, depuis, des vies autonomes. Le « chais-menuiserie » est actuellement un cabinet d’architecture tandis que Joëlle et Christian sont devenus propriétaires de la maison, succédant à Jean-Marie Leblanc, qui fut longtemps le directeur du Tour de France. 

Du temps de Robert Mouret, les fenêtres en plain-cintre et de-lunes existent toujours. La plupart sont « aveugles »

Un jour, les néo-propriétaires ont ramené d’Alsace un pied de raisin muscat.

Ils l’ont planté le long du mur. Est-ce la proximité du chai et de la maison du marchand de vins qui ont séduit ce pied de vigne ? Est-ce un effet du changement climatique ? En tous cas, à chaque vendange, il produit environ cinquante kilos de raisin, ce qui sous ces latitudes septentrionales est plus que remarquable. Il aurait sans doute été raisonnable de faire les vendanges plut tôt. Début octobre c’est bien tard, même pour des vendanges tardives. Mais leur petite fille, Marion, était en vacances en Bretagne et voulait absolument participer aux vendanges, avec ses grands-parents. Il a fallu attendre son retour. Du coup, c’est sous la pluie qu’a eu lieu la cueillette du raisin qui pousse le long du mur de la maison de l’ancien Marchand de vins. Il est très sucré…


En savoir plus sur Portraits d'artistes

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Alain Cadet, journaliste
Alain Cadet, journaliste

Il a débuté dans la vie professionnelle comme enseignant. Après avoir coché la case du métier de photographe, il s’est orienté vers la réalisation de films documentaires, activité qui a rempli l’essentiel de sa carrière. Arrivé à la retraite, il a fait quelques films… mais pas beaucoup ! Les producteurs craignent toujours que, passé 60 ans, le réalisateur ait la mauvaise idée de leur faire un infarctus, ce qui leur ferait perdre beaucoup d’argent ! La suite a montré qu’ils se sont peut-être montrés un peu trop frileux, mais cela fait partie du passé. C’est ainsi que l’ancien réalisateur – un peu photographe, sur les bords – s’est mis à collaborer avec différents journaux. Il a aussi écrit des livres sur la guerre de 1914 – 1918 où l’image a une place importante. C’est ainsi que dans ce blog, on trouvera beaucoup d’articles sur des peintres ou des photographes anciens ou contemporains, des textes relatifs aux deux guerres, mais aussi des articles opportunistes sur différents événements. Comme les moyens du bord sont très limités, cela a obligé l’auteur à se remettre à la photographie – sa passion de jeunesse – pour illustrer ses textes. Il ne s’en plaint pas !

Articles: 404

Vous pouvez commenter cet article