', 'auto'); ga('send', 'pageview');

Yves Procureur, dit « Le Proc », Bouliste, 1957-2020

Yves Procureur, dit « Le Proc », Bouliste, 1957-2020

L’Amicale Bouliste Monsoise (ABM) qui regroupe plus de 120 licenciés a gardé dans son cœur le souvenir de l’un de ses Administrateurs, Yves Procureur , dit « Le Proc », disparu depuis peu.

Yves Procureur

a laissé aux membres du club monsois un souvenir impérissable. Son charisme, son humour, sa volonté de partager les bons moments, sur le terrain de boules comme en dehors, ont marqué ses partenaires comme ses adversaires. Sur le terrain, le Monsois se révélait un joueur redoutable comme « tireur », mais aussi comme « pointeur »,si la partie l’exigeait.  Droitier, pour exécuter tous les gestes du quotidien, inexplicablement, il jouait aux boules avec la plus grande précision de la main gauche !  Il était universellement connu sur tous les boulodromes du nord de la France et de Belgique. Son surnom, c’était « Le Proc »,formé sur son patronyme.  Il valait mieux avoir « Le Proc »comme partenaire que comme adversaire.  Il ne s’estimait jamais battu et gagnait ses parties, parfois avec son talent, parfois avec son obstination.

Ceux qui l’ont connu ont tous une anecdote à raconter à propos du « Proc ».Il n’hésitait pas à faire des kilomètres lorsqu’il était sollicité par les adhérents. C’est ainsi qu’il pouvait rejoindre des membres du club appartenant à la communauté des « Gens du voyage »sur leur campement. C’était l’occasion de longues parties de boules et de moments festifs.  Dans le civil, Yves Procureur était policier. Il avait toujours une anecdote à raconter se rapportant à son métier. Lorsqu’il avait été affecté à la garde du domicile de l’ancien premier ministre, Pierre Mauroy, si ce dernier était à Lille, il descendait avec autant de bières qu’il y avait de policiers… plus une ! Suivait un moment convivial entre l’Elu et ses gardiens autour d’une bonne bière. Lorsqu’il avait été affecté dans un centre de rétention de la banlieue lilloise, « Le Proc » organisait des tournois de pétanque avec les Migrants et leur enseignait les rudiments du jeu.

La disparition d’Yves Procureur a laissé un grand vide

au Club et dans sa famille. C’est pourquoi sa fille, Amélie, et le Bureau de l’ABM dirigé par le président, Frédéric Depriester, ont eu l’idée d’organiser un tournoi à la mémoire d’Yves, réservé à ses anciens amis, partenaires et adversaires. On a dû refuser du monde à cause du nombre de terrains disponibles. 120 joueurs y ont participé, sans compter tous ceux qui sont venus en tant que spectateurs.


En savoir plus sur Portraits d'artistes

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Alain Cadet, journaliste
Alain Cadet, journaliste

Il a débuté dans la vie professionnelle comme enseignant. Après avoir coché la case du métier de photographe, il s’est orienté vers la réalisation de films documentaires, activité qui a rempli l’essentiel de sa carrière. Arrivé à la retraite, il a fait quelques films… mais pas beaucoup ! Les producteurs craignent toujours que, passé 60 ans, le réalisateur ait la mauvaise idée de leur faire un infarctus, ce qui leur ferait perdre beaucoup d’argent ! La suite a montré qu’ils se sont peut-être montrés un peu trop frileux, mais cela fait partie du passé. C’est ainsi que l’ancien réalisateur – un peu photographe, sur les bords – s’est mis à collaborer avec différents journaux. Il a aussi écrit des livres sur la guerre de 1914 – 1918 où l’image a une place importante. C’est ainsi que dans ce blog, on trouvera beaucoup d’articles sur des peintres ou des photographes anciens ou contemporains, des textes relatifs aux deux guerres, mais aussi des articles opportunistes sur différents événements. Comme les moyens du bord sont très limités, cela a obligé l’auteur à se remettre à la photographie – sa passion de jeunesse – pour illustrer ses textes. Il ne s’en plaint pas !

Articles: 403

Vous pouvez commenter cet article