Les « Jolies colonies de vacances » des orphelins de guerre de l’année 1945.

En 1945, il est important de donner un peu de bonheur aux orphelins de la guerre qui vient de se terminer. C’est ainsi qu’un groupe de ces enfants a pu être envoyé au grand air… en Allemagne !

Les « jolies colonies de vacances » des orphelins de guerre de l’année 1945

À la suite de la publication du dossier sur Henri Poissonnier, nous revenons sur une colonie de vacances organisée en 1945 au profit des orphelins de guerre, à laquelle a participé, Henriette, sa fille.

Les orphelins de la Voix du Nord, à Urach, Bade-Wurtemberg

La guerre 1939 – 1945 a fait beaucoup de victimes non seulement à cause des bombardements des usines et des gares mais aussi à la suite de la répression des résistants, fusillés ou morts en camp de concentration. En 1945, on essaye de panser les plaies laissées par la guerre. À l’été, viennent les premières vacances du temps de paix ! Henriette, la fille d’Henri Poissonnier, alors âgée de 12 ans, se voit proposer une place dans une agréable colonie de vacances, en tant qu’orpheline du réseau Voix du Nord. C’est un petit coin de ciel bleu pour cette petite fille qui a appris depuis peu le décès de son papa au camp de concentration de Vahengen.

Les préparatifs et le voyage sont joyeux. Il y a pourtant un léger problème ! Cette colonie a lieu en Allemagne ! L’hébergement est de bonne qualité et le lieu paradisiaque. Urach, dans la forêt Noire, est une petite ville réputée pour son air pur, ses sources, et son imposante chute d’eau. Au début, les orphelins de La Voix du Nord, oublient totalement leur chagrin grâce à de belles balades en forêt. Mais, voici que des éléments nostalgiques du troisième Reich, reprennent les armes. « On était gardés jour et nuit par des militaires », se souvient Henriette, la fille D’Henri Poissonnier. « Les autorités françaises avaient peur que nous soyons pris en otage. Nous n’avons été pleinement rassurés que lorsque le train a franchi la frontière et que nous sommes revenus en France ! »

Galerie

Image par défaut
Alain Cadet, journaliste
Il a débuté dans la vie professionnelle comme enseignant. Après avoir coché la case du métier de photographe, il s’est orienté vers la réalisation de films documentaires, activité qui a rempli l’essentiel de sa carrière. Arrivé à la retraite, il a fait quelques films… mais pas beaucoup ! Les producteurs craignent toujours que, passé 60 ans, le réalisateur ait la mauvaise idée de leur faire un infarctus, ce qui leur ferait perdre beaucoup d’argent ! La suite a montré qu’ils se sont peut-être montrés un peu trop frileux, mais cela fait partie du passé. C’est ainsi que l’ancien réalisateur – un peu photographe, sur les bords – s’est mis à collaborer avec différents journaux. Il a aussi écrit des livres sur la guerre de 1914 – 1918 où l’image a une place importante. C’est ainsi que dans ce blog, on trouvera beaucoup d’articles sur des peintres ou des photographes anciens ou contemporains, des textes relatifs aux deux guerres, mais aussi des articles opportunistes sur différents événements. Comme les moyens du bord sont très limités, cela a obligé l’auteur à se remettre à la photographie – sa passion de jeunesse – pour illustrer ses textes. Il ne s’en plaint pas !
Publications: 196

Vous pouvez écrire un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :