Catégories
La guerre de 14 dans le Nord Lille

Du XIXe au XXIe siècle : les Ateliers d’Hellemmes

Au temps de la  Compagnie des chemins de fer du Nord

Les  Ateliers furent implantés dans le Nord, il y a 145 ans, pour fabriquer et réparer du matériel ferroviaire. Ils accompagnaient l’effort de la Compagnie, développant au nord de Paris un réseau ferroviaire moderne et performant, qui servit de modèle aux autres compagnies françaises.

A la fin du XIXe siècle, l’atelier des cuves de locomotives

La  Compagnie des chemins de fer du Nord  est créée en 1845 par trois investisseurs dont on retient surtout le nom du banquier James de Rothschild. Dans cette deuxième moitié du XIXe siècle, la Région du Nord devient un bassin d’emploi de premier plan pour le textile, la sidérurgie et l’industrie minière. Cette révolution industrielle appelle la naissance d’un vaste réseau ferroviaire. La première réalisation de la Compagnie est la ligne Paris- Lille inaugurée en 1846. Bientôt à partir de de Lille, on peut aussi rejoindre, Dunkerque, Londres, Bruxelles ainsi que la Normandie.

Au début des années 1870, la construction d’un atelier de grande ampleur pour fabriquer et réparer le matériel ferroviaire devient une nécessité « En 1873, Le Comité de Direction décida la construction d’un grand atelier pour les deux services – de la Traction et du Matériel roulant – sur un terrain de 18 hectares, distant d’un kilomètre et demi de la gare et des ateliers existants à Fives », note l’ingénieur de la compagnie, Ferdinand Mathias, qui fut à l’origine de ce projet d’atelier. Le nouvel équipement se compose d’un complexe dédié aux « voitures et wagons » et d’un autre à la « traction ». Toute l’infrastructure nécessaire : bureaux, logements, magasins… et même une usine à gaz, va être intégrée dans ce parc ferroviaire. Les Ateliers sont une véritable petite ville dans la ville. Ils emploieront jusqu’à 4000 ouvriers. Dès 1878, 120 locomotives y faisaient déjà escale pour être entretenues ou réparées. Cet outil de travail sera modernisé au fil de l’avancée des techniques. En 1914, on dénombre à Hellemmes, vingt-trois feux de forge, trois marteaux pilons de 700 kg à 2,5 t, et de nombreux postes de soudure pour la réparation rapide des fissures et cassures des pièces métalliques. Existaient également une fonderie du cuivre et une autre pour la fonte permettant de produire en série des éléments en bronze et du matériel pour la confection des moules.

Entre 1914 et 1918, l’Atelier d’Hellemmes

Si cet équipement était idéal pour la maintenance du matériel ferroviaire il pouvait aussi convenir pour celle d’un parc d’artillerie. C’est ainsi que pendant la guerre de 1914 – 1918, les Ateliers vont être investis par l’armée allemande qui les réoriente vers la maintenance de son artillerie. Les soldats du 121e bataillon d’armement, attachés à la VIe armée bavaroise, qui tient le front de l’Ouest, vont y passer quatre ans à réparer canon, mortiers, et matériel militaire de campagne tels que les cantines roulantes. C’est dans cet atelier que vont être fondues les cloches en bronze des églises de Lille et de sa banlieue confisquées en 1917 et en particulier celles de l’église de Saint-Denis d’Hellemmes, toute proche. En 1916 et en 1917, les installations industrielles qui ne sont pas directement utiles aux Bavarois sont démontées pour être revendues en Belgique et en Allemagne. En octobre 1918, l’occupant parachève le travail en dynamitant ce qui reste avant son départ. Après-guerre, il faudra plusieurs années pour reconstituer l’équipement et les Ateliers ne refonctionneront qu’en 1923. Ils seront ensuite modernisés de telle sorte qu’ils seront un outil performant lorsque, en 1938, la Compagnie des chemins de fer du Nord passe la main et les Ateliers à la SNCF.

Dans le berceau historique, un concept du futur au service du matériel ferroviaire

Loin de l’image majoritairement véhiculée, la SNCF innove pour répondre aux défis des avancées technologiques et de la concurrence. Le technicentre d’Hellemmes, le plus grand de la Compagnie nationale, en est un exemple significatif. Reconstruit et réorganisé selon des principes à la pointe du progrès, il espère accueillir son premier TGV à partir du 1er septembre 2019.

Maquette des nouveaux ateliers d’Hellemmes

Sur la période 2013 – 2023, la SNCF a engagé un vaste plan de modernisation de ses 10 technicentres industriels, ce qui représente360 millions d’ €. Pour le seul centre d’Hellemmes, elle aura dépensé à la fin de l’année, 57,2 millions d’ € d’investissement. Franck Gherbi, le maire de la commune d’Hellemmes, s’en réjouit : « Il existe une véritable histoire émotionnelle entre cet atelier et cette ville qui s’est déroulée sur plusieurs générations », explique-t-il. « Ce site SNCF est le plus gros employeur de la commune et les travaux engagés vont permettre qu’il se pérennise et génère des emplois pendant plusieurs décennies. C’est une excellente nouvelle pour nous ! »

Jean-Paul Gomaris, le nouveau directeur du technicentre nordiste, vient de Rennes où il a présidé à la modernisation de son homologue breton, désormais opérationnel. Malgré ce changement de région, il est loin d’être en terre inconnue. « Nous sommes en train de remodeler presque totalement ce site suivant des principes déjà en place dans les centres rénovés, de telle sorte qu’il puisse accueillir le matériel en maintenance en utilisant de nouvelles méthodes de production, plus innovantes et plus rationnelles », souligne-t-il. «Les temps de production seront en moyenne réduits de 18 %. Les bâtiments passeront de 47 000 m² à 26 300 m². Ils seront plus ramassés et plus efficaces. Il n’y aura plus de fosses ni de rails, mais des « movers » pilotés par géolocalisation : des chariots électriques qui déplaceront les rames tandis que des robots apporteront automatiquement les pièces. » Le bâtiment de l’atelier 57 sera surmonté de panneaux solaires, ce qui lui permettra une autosuffisance en terme d’énergie électrique.

Jean-Paul Gomaris et Franck FGherbi

Ce nouveau centre sera le modèle de l’usine du futur. Il permettra à effectif constant – environ 1000 agents – de poursuivre ses missions traditionnelles : la rénovation des trains à grande vitesse ; la réparation des pièces, la modernisation ou la transformation de toute la partie électrique, électronique et informatique. Dans le nouveau centre on pourra aussi accueillir pour les rénover – ce qui n’est pas le cas pour l’instant – les trains TER ou Transiliens. « Dès le mois de septembre de cette année, nous serons prêts », conclut Jean-Paul Gomaris.

Par Alain Cadet

Enseignant une quinzaine d’années et se réoriente vers la photographie puis la réalisation de films documentaires. Ayant connu toutes les évolutions techniques de la profession du cinéma 16 mm juste qu’à la vidéo haute définition, Alain Cadet finit par faire valoir ses droits à la retraite en tant que salarié. C’est un retraité très actif puisqu’il continue à faire des films dans le secteur privé.

Il écrit aussi désormais beaucoup pour des journaux locaux et surtout sa collaboration avec la presse écrite lui a permis de renouer avec la passion de sa jeunesse : la photographie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.