Les Joyeux ball-traps de JPP # La Santé et les Déserts médicaux

Le journaliste Jean-Pierre Pernaud, depuis qu’il s’est échappé de TF1, se saisit des sujets d’actualité les plus brûlants. Il vaut mieux ne pas se trouver dans sa ligne de tir. L’un des derniers dossiers en date est celui de la Santé.

Les Joyeux ball-traps de JPP #La Santé et les Déserts médicaux

Le nouveau magazine populaire « Au cœur des Régions » (200 000 ex.) est l’occasion pour Jean-Pierre Pernaud de faire ce qu’on ne demande jamais à un journaliste : d’exprimer son avis. 

JPP, très fier de lui, revient sur la descente en flamme des éoliennes dans son numéro précédent : « le vent tourne », écrit-il, citant, un brin vachard, ce titre du Courrier Picard « La résistance s’organise ». Lui, qui a commencé sa carrière comme stagiaire, précisément dans ce journal, n’est pas peu fier d’influencer l’opinion. Et, JPP, de citer le sondage du Figaro où « le soutien aux éoliennes s’effondre ».  Affaire à suivre !

En toute honnêteté, le dossier principal d’« Au cœur des Régions », N°3 est celui des « Ruraux bientôt exclus des villes » par le biais de l’instauration des ZFE (zones à faible émission). « 70 % des voitures n’auront plus le droit de rouler dans les grandes agglomérations », nous apprend-t-il. Autant dire que les pauvres des villes, aussi, n’auront plus le droit de circuler chez eux. Bien sûr, les « gaz à particule » font beaucoup de ravages dans la santé des populations urbaines (14% des décès dans la métropole lilloise). Il serait temps d’en prendre conscience et d’en tirer quelques conséquences. A ce propos, signalons le détournement la Voie rapide urbaine Tourcoing-Roubaix-Lille (VRU) en autoroute Ports flamands – Paris, en plein milieu de la ville de Lille (6000 camions à gros moteur diésel par jour). Le lobby routier y voit un raccourci Nord-Sud entre la Belgique et la France. Aux heures de pointe les camions s’y trainent, cul à cul, comme des escargots. Ils polluent gravement la zone au détriment de la santé des populations avoisinantes. Mais on ne pourrait rien faire car la décision dépend d’un Machin qui s’appelle l’Eurorégion (Flandres, Wallonie, Hauts-de-France). Et comme les Flamands ne veulent pas… Il ne faudrait pas toujours taper sur les mêmes. Un beau sujet en perspective pour JPP !

JPP, titre son dossier « Déserts médicaux : la catastrophe programmée est arrivée ! » Cela met tout de suite dans l’ambiance !« La pénurie est générale. De nouveaux drames se profilent sous l’effet d’une population de plus en plus importante qui n’aura plus accès aux soins.», développe JPP. Voilà qui nous éloigne du discours officiel, tellement dit, redit et rabâché, selon lequel on peut faire toujours mieux avec toujours moins de moyens grâce à la bureaucratie libérale, de type ARS. Elle est censée, rendre l’offre de soin –  notamment celles des hôpitaux –  plus rationnelle. Mais la crise de la Covid, les fermetures d’Etablissements de santé, les lits vides faute de personnels soignants, les manifestations dans la rue des hospitaliers – parfois violemment réprimées – ont mis du plomb dans l’aile à la belle image d’un paysage des services de santé en route vers le meilleur des Mondes. Cela – et d’autres choses – donne de l’épaisseur au discours de critique radicale du système d’un JPP, pourtant réputé jusque-là pour son art d’arrondir les angles. 

Bien sûr, les moralistes lui reprocheront de tirer sur le corbillard. Trop tard ! le coup est parti : « Une nouvelle fois, ce sont les ruraux qui souffrent le plus.  Une situation scandaleuse qui ne doit rien à la fatalité. Ce sont des choix politiques inconsidérés qui ont abouti à ces déserts médicaux, indignes d’un grand pays,  longtemps considéré comme le meilleur en matière de santé. » Et JPP pendant 9 pages complètes de dérouler ces deux thèmes : « 25%  de risque supplémentaire de décéder dans problème cardio-vasculaire en milieu rural »,  selon ses informations. Et de mentionner à l’appui, les services d’urgences et les maternités fermés comme ceux en voie de fermeture, dans l’Allier, la Charente la Drôme, la Sarthe et ailleurs. Si on habite à la campagne ou dans une petite ville mieux vaut rester en bonne santé et éviter d’avoir des enfants. Dans le Lot, la Nièvre ou le Cantal, on accouche sur les routes comme au bon vieux temps des années 1950 : « Dans le Lot en 2017, 24% des femmes susceptibles d’accoucher sont à plus de 45 km d’une maternité, contre 6 % en 2000».  Et encore, cela s’est encore aggravé depuis 2017 et s’aggravera encore « à la vitesse dans TGV »,croit bon de préciser JPP. 

« L’espérance de vie régresse », constate JPP, « avec la fermeture des services d’urgence, les chances de soigner les détresses respiratoires, les arrêts cardiaques ou encore les accidents de la route des départements limitrophes, s’éteignent aussi »

 On pourrait encore continuer très longtemps dans ce registre, mais, 9 pages, c’est long ! Mieux vaut se référer à l’original. 

JPP transformé en « Snipper »,c’est inattendu. S’il continue dans cette veine il va bientôt pouvoir rejoindre Elise Lucet dans le cercle très fermé des journalistes honnis du Pouvoir.

Image par défaut
Alain Cadet, journaliste
Il a débuté dans la vie professionnelle comme enseignant. Après avoir coché la case du métier de photographe, il s’est orienté vers la réalisation de films documentaires, activité qui a rempli l’essentiel de sa carrière. Arrivé à la retraite, il a fait quelques films… mais pas beaucoup ! Les producteurs craignent toujours que, passé 60 ans, le réalisateur ait la mauvaise idée de leur faire un infarctus, ce qui leur ferait perdre beaucoup d’argent ! La suite a montré qu’ils se sont peut-être montrés un peu trop frileux, mais cela fait partie du passé. C’est ainsi que l’ancien réalisateur – un peu photographe, sur les bords – s’est mis à collaborer avec différents journaux. Il a aussi écrit des livres sur la guerre de 1914 – 1918 où l’image a une place importante. C’est ainsi que dans ce blog, on trouvera beaucoup d’articles sur des peintres ou des photographes anciens ou contemporains, des textes relatifs aux deux guerres, mais aussi des articles opportunistes sur différents événements. Comme les moyens du bord sont très limités, cela a obligé l’auteur à se remettre à la photographie – sa passion de jeunesse – pour illustrer ses textes. Il ne s’en plaint pas !
Publications: 214

Vous pouvez écrire un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :