Grâce au conseil d’Etat, les vaches sont bien gardées

Grâce au conseil d’Etat, les vaches sont bien gardées

Le conseil d’Etat vient de donner raison à Bouygues, Free, Orange, SFR

appuyés par le gouvernement, contre les éleveurs de Mazeyrat-d’Allier. L’objet du litige est la nouvelle antenne 4G, installée sur le territoire de la commune. Depuis son arrivée, il se passe des phénomènes fâcheux qui touchent les animaux du voisinage. Ainsi Frédéric Salgues, considéré comme possédant l’un des meilleurs élevages du département avait-il été amené à constater : « Les vaches étaient en parfaite forme, et, quand l’antenne s’est mise à fonctionner on a constaté que certaines se retrouvaient avec des mâchoires bloquées, d’autres avaient les yeux qui coulaient et ne voyaient presque plus rien. Beaucoup ne mangent plus et ne boivent plus. Elles sont tristes et maigres, elles font pitié. En onze mois j’en ai perdu 42 sur 200. Ma production de lait a été divisée par deux ».

Son troupeau n’est distant que de quelques centaines de mètres de la nouvelle antenne. L’éleveur soupçonne qu’elle soit la cause du carnage dans la mesure où avant son arrivée ses vaches étaient toutes en bonne santé. Ah, ce bon sens paysan ! A la surprise générale, le GAEC du Coupet, obtient du tribunal administratif de Clermont-Ferrand une coupure provisoire de l’objet du litige pour permettre à l’expert de statuer sur sa nocivité. Naturellement, Bouygues, Free, Orange, SFR se gardent bien de couper l’antenne et déposent un recours devant le conseil d’Etat. On ne va pas mettre à l’arrêt ce beau matériel tout neuf pour quelques vaches ! L’ordonnance exigeait la désactivation temporaire (deux mois durant), avant le 23 août. Mais, six jours avant la date, le zélé conseil d’Etat, vient à la rescousse des opérateurs et invalide la décision du tribunal administratif. « Les vaches sont bien gardées » pour le compte de sociétés de télécom. Nous ne parlons pas des bêtes de la Haute-Loire… ça va de soi !

Les éleveurs et la FDSEA qui les soutient sont dépités. 

« Le simple fait de rechercher la vérité ne nous est pas permis » regrette leur avocat Le maire de Mazeyrat-d’Allier, redoute « une catastrophe sur le plan humain« . Mais tout cela n’impressionne guère le conseil d’Etat, droit dans ses bottes, qui estime que le tribunal administratif n’a « pas caractérisé l’existence d’un péril grave » Qu’est-ce qu’un péril grave, dans ces conditions ? Mystère et boule de gomme ! Les mauvais esprits y verront sans doute une preuve de la collusion entre les instances de l’Etat et les intérêts privés. : les gens sont tellement méchants ! Quel a été le résultat, au final, de cette belle séquence administrative ? Les éleveurs accompagnés du maire ont coupé l’antenne ! Depuis, selon l’éleveur du troupeau, ses vaches se portent beaucoup mieux. Le résultat de tout cela est un beau désordre. Que va faire l’Etat ? Envoyer à Mazeyrat d’Allier, le GIGN, le RAID et ce qui reste des canons Caesar sur le territoire français pour faire rendre raison aux élus, aux éleveurs et au syndicat qui les soutient ? La réponse ne devrait pas tarder.

Si des bêtes malades qui décèdent ne sont pas « un péril grave », qu’en est-il pour les riverains ? Ce qui n’est pas bon pour les bêtes n’est pas bon pour les gens. Selon la littérature scientifique – pas celle de l’ANSES, naturellement – l’exposition aux ondes provoquerait : des maux de tête, des vertiges, des acouphènes, des cancers du cerveau, des douleurs musculaires et articulaires, de l’arythmie cardio-vasculaire, des AVC, des crises cardiaques etc. Naturellement, ce n’est là qu’un échantillon, car la liste des méfaits des champs électromagnétiques sur les humains est fort longue. Il ne s’agit sans doute pas là de « périls graves », mais, c’est embêtant !

Des Mazeyrat-d’Allier, en France, il en existe des centaines.

Pour approfondir :

L’article précédent qui concerne l’antenne de Mazeyrat-d’Allier

Les vaches ne sont pas des canards sauvages… les riverains non plus, Mazeyrat d’Allier, 43300 

Et, si vous n’avez pas peur de vous faire peur, cet article d’Arthur Firstenberg sur l’électrosensibilité 

Alain Cadet, journaliste
Alain Cadet, journaliste

Il a débuté dans la vie professionnelle comme enseignant. Après avoir coché la case du métier de photographe, il s’est orienté vers la réalisation de films documentaires, activité qui a rempli l’essentiel de sa carrière. Arrivé à la retraite, il a fait quelques films… mais pas beaucoup ! Les producteurs craignent toujours que, passé 60 ans, le réalisateur ait la mauvaise idée de leur faire un infarctus, ce qui leur ferait perdre beaucoup d’argent ! La suite a montré qu’ils se sont peut-être montrés un peu trop frileux, mais cela fait partie du passé. C’est ainsi que l’ancien réalisateur – un peu photographe, sur les bords – s’est mis à collaborer avec différents journaux. Il a aussi écrit des livres sur la guerre de 1914 – 1918 où l’image a une place importante. C’est ainsi que dans ce blog, on trouvera beaucoup d’articles sur des peintres ou des photographes anciens ou contemporains, des textes relatifs aux deux guerres, mais aussi des articles opportunistes sur différents événements. Comme les moyens du bord sont très limités, cela a obligé l’auteur à se remettre à la photographie – sa passion de jeunesse – pour illustrer ses textes. Il ne s’en plaint pas !

Articles: 382

Vous pouvez commenter cet article

En savoir plus sur Portraits d'artistes

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading