« Peintres du Nord », une manifestation artistique qui vient de loin

« Peintres du Nord » est un salon artistique né dans la ZUP de Mons des années 1970, mais qui rassemble depuis ses origines des artistes qui comptent parmi les tous meilleurs de la Région.

« Peintres du Nord », une manifestation artistique qui vient de loin

Bernard et Renée Jumelle, les chevilles ouvrières de Mons-Promotion-Cultire, l’Association organisatrice de « Peintres du Nord devant un autoportrait d’Abel Leblanc

Cette année, 2021, a eu lieu la 48eédition de l’exposition, « Peintres du Nord ». L’évènement rend compte du travail des artistes de la Région (des peintres mais aussi des sculpteurs).  La qualité était au rendez-vous comme c’est le cas depuis presque un demi-siècle.

Bien sûr il aurait sans doute été préférable d’attendre 2023, l’année du cinquantenaire, pour évoquer l’Histoire de cette manifestation monsoise.  Mais, deux ans, c’est long… et pendant ce délai, il peut se passer beaucoup de choses. Alors, pourquoi ne pas se saisir du sujet du cinquantenaire, dès-aujourd’hui ?

« Peintres du Nord » a été fondé par l’Association « Mons-Promotion-Culture » présidée alors par, Raymond Destailleurs. Ce militant de la culture pour tous était aussi le Principal du collège Rabelais, que l’on venait tout juste de construire. C’est ainsi que cette première édition du Salon a eu lieu dans la cantine du collège. Le dimanche-soir, il fallait se dépêcher le remballer les œuvres pour que le collège  puisse accueillir les élèves le lendemain matin. On était, à cette époque, dans l’esprit de « l’Éducation Populaire » qui a succédé à la seconde Guerre mondiale. Pour cette Génération, ouverte vers les autres, la culture devait être accessible au plus grand nombre.  Une exposition de peinture en plein milieu de la ZUP en construction, c’était un symbole de cette volonté d’offrir la Culture aux catégories les plus modestes. 

La ZUP de Mons, à l’époque de la création de l’évènement

Il se trouve que Raymond Destailleurs, avait un très bon camarade de promotion de l’École Normale du Nord, Abel Leblanc, qui était devenu peintre. Il animait des rencontres en Flandres, où se retrouvaient les meilleurs artistes du secteur maritime. Abel Leblanc invita à son tour ses amis les peintres et « Peintres du Nord », en plein cœur de la ZUP de Monsdevint une des manifestation les plus prestigieuses de la Région. Dans cette première édition du Salon, se trouvaient le peintre-chansonnier Simons, Jean Pattou, le Monsois Roger Frezin et Arthur Vanecke, un Dunkerquois. Comme le peintre s’ennuyait pendant ce long week-end passé dans cette ZUP métropolitaine éloignée de la mer, il était allé s’acheter des couleurs et a entrepris de décorer l’appartement de Raymond Destailleurs. Le local était tout neuf et on n’avait pas encore eu le temps de le peindre ou de le tapisser. Pendant tout le reste de sa carrière, le Principal du collège Rabelais a gardé cette décoration originale. En âge de prendre sa retraite, il n’avait qu’un regret : ne pas pouvoir emmener les murs de son appartement de fonction dans sa nouvelle résidence ! 

« Peintres du Nord », c’est une affaire de peintres, mais on y présente aussi des sculptures…

C’est Bernard Jumelle qui lui a succédé à la tête de Mons-Promotion-Culture, une fonction qu’il occupe toujours aujourd’hui. Au fil des ans, les peintres, rattrapés par l’âge, ont changé. Seul restait Abel Leblanc, inamovible ! Lors d’une édition mémorable du Salon on a même vu le Vernissage envahi par la Brigade des Tubes– une fanfare monsoise, haute en couleur – dans laquelle le peintre pratiquait son violon d’Ingres : le Saxo ! 

Abel Leblanc et ses amis de la Brigade des Tubes se sont invités à un vernissage dont la date coïncidait avec l’anniversaire de l’artiste

Malheureusement, Abel nous a quitté il y a deux ans. Nous étions tous très tristes mais la vie de « Peintre du Nord » a continué sans lui, avec de nouveaux artistes pour relever le flambeau. 

Abel Leblanc dans son atelier de Roubaix, en train de terminer son tableau intitulé, « La Brigade des Tubes »
Image par défaut
Alain Cadet, journaliste
Il a débuté dans la vie professionnelle comme enseignant. Après avoir coché la case du métier de photographe, il s’est orienté vers la réalisation de films documentaires, activité qui a rempli l’essentiel de sa carrière. Arrivé à la retraite, il a fait quelques films… mais pas beaucoup ! Les producteurs craignent toujours que, passé 60 ans, le réalisateur ait la mauvaise idée de leur faire un infarctus, ce qui leur ferait perdre beaucoup d’argent ! La suite a montré qu’ils se sont peut-être montrés un peu trop frileux, mais cela fait partie du passé. C’est ainsi que l’ancien réalisateur – un peu photographe, sur les bords – s’est mis à collaborer avec différents journaux. Il a aussi écrit des livres sur la guerre de 1914 – 1918 où l’image a une place importante. C’est ainsi que dans ce blog, on trouvera beaucoup d’articles sur des peintres ou des photographes anciens ou contemporains, des textes relatifs aux deux guerres, mais aussi des articles opportunistes sur différents événements. Comme les moyens du bord sont très limités, cela a obligé l’auteur à se remettre à la photographie – sa passion de jeunesse – pour illustrer ses textes. Il ne s’en plaint pas !
Publications: 205

Vous pouvez écrire un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :