Des photographies et des plans pour comprendre l’évolution du Fort Macdonald et de la ville de Mons-en-Barœul, 59370

Des photographies et des plans pour comprendre l’évolution du Fort Macdonald et de la ville de Mons-en-Barœul, 59370

Le fort photographié en 1947, document IGN.

Les Journées Européennes du Patrimoine, sont l’occasion de donner un coup de projecteur sur les bâtiments remarquables.

A Mons-en-Barœul, parler de son vieux fort de ceinture va de soi. Mais il y a un problème ! C’est que ce sujet a déjà été vu et revu. Remettre sur le métier le sujet du vieux fort peut paraître une gageure. « Nous avons déjà parlé du fort de nombreuses fois à travers différentes expositions », explique Freddy Pourcel, le président de l’association historique de Mons-en-Barœul. « C’est pourquoi, plutôt que de proposer au public des photographies d’époque et leur commentaire, réunis dans une exposition, nous avons cherché une méthode différente. » Depuis quelques mois, l’AHM, collecte les plans, les cartes, les photos aériennes de toutes les époques qui évoquent le fort Macdonald et la ville. « Ce que nous proposons au public des Journées du patrimoine, c’est, à partir de ces cartes et de ces photographies, d’interpréter l’évolution du paysage de la ville depuis 1878 et en particulier des endroits qui bordent la forteresse », poursuit le président de l’AHM. 

Freddy Pourcel, président de l’AHM et ses « plans bleus » du Génie, représentant le fort en 1920

La communication du travail prendra la forme d’une conférence avec la projection des documents. On y retrouvera les plans d’origine du fort, les cartes de toutes les époques, les « plans bleus » du Génie du tout début des années 1920 et les photos aériennes ayant servi à cartographier le secteur. « La campagne de 1932, est intéressante, mais celle de 1947 apporte beaucoup d’enseignements car les images sont d’une précision extraordinaire. On y distingue tous les détails, comme les cheminées d’aération du toit. On comprend mieux la logique des installations du bâtiment ». Ces campagnes successives de cartographie renseignent aussi sur l’évolution de la ville depuis les années 1930 : « Le Mons-en-Barœul des origines, c’était d’abord une route – actuellement rue du général de Gaulle -qui empruntait la ligne de crête et qui menait de Lille à Roubaix. Avec les campagnes d’urbanisation successives, le paysage rural s’est transformé en Ville… »

Un projet de H. Chomette acte en 1953.

Certains des projets urbains, détaillés dans ces plans ont connu une concrétisation… d’autres, pas ! Un projet d’Henri Chomette approuvé par le Ministère en janvier 1953 et la municipalité Alphonse Gaillet le 31 mars suivant, fera sans doute très peur, rétrospectivement, aux Monsois. Une bretelle d’autoroute Est-Ouest, en direction de Roubaix coupait la commune en deux morceaux, tandis qu’une autre, reliant la Belgique à Paris, passait en plein milieu du fort Macdonald. Pour des raisons inconnues, ces deux autoroutes n’ont jamais été construites.

Mons aurait dû être traversé par deux autoroutes selon un projet des années 1950.

Repères :

Le 17 septembre séance à 14h30 ; le 18, 10h puis 14h30, salle du Trait d’Union Fort de Mons-en-Barœul, rue de Normandie ; métro ligne de station Fort de Mons ; bus n° 13, arrêt Bourgogne.

Si c’est envisageable pour les participants, une visite du site pourrait avoir lieu.

En Chiffres :

Alain Cadet, journaliste
Alain Cadet, journaliste

Il a débuté dans la vie professionnelle comme enseignant. Après avoir coché la case du métier de photographe, il s’est orienté vers la réalisation de films documentaires, activité qui a rempli l’essentiel de sa carrière. Arrivé à la retraite, il a fait quelques films… mais pas beaucoup ! Les producteurs craignent toujours que, passé 60 ans, le réalisateur ait la mauvaise idée de leur faire un infarctus, ce qui leur ferait perdre beaucoup d’argent ! La suite a montré qu’ils se sont peut-être montrés un peu trop frileux, mais cela fait partie du passé. C’est ainsi que l’ancien réalisateur – un peu photographe, sur les bords – s’est mis à collaborer avec différents journaux. Il a aussi écrit des livres sur la guerre de 1914 – 1918 où l’image a une place importante. C’est ainsi que dans ce blog, on trouvera beaucoup d’articles sur des peintres ou des photographes anciens ou contemporains, des textes relatifs aux deux guerres, mais aussi des articles opportunistes sur différents événements. Comme les moyens du bord sont très limités, cela a obligé l’auteur à se remettre à la photographie – sa passion de jeunesse – pour illustrer ses textes. Il ne s’en plaint pas !

Publications: 295

Vous pouvez commenter l'article

%d blogueurs aiment cette page :