L’Orchestre d’harmonie espère pouvoir enfin donner son concert.

Le concert de juin de l’Orchestre d’harmonie de Mons-en-Barœul, annulé pour cause de pandémie pourra-t-il avoir lieu en décembre ?

Le concert de juin de l’Orchestre d’harmonie de Mons-en-Barœul avait été annulé pour cause de pandémie. On s’est inspiré de son programme pour proposer un nouveau concert, les douze et treize décembre prochain. Mais les aléas, liés à la progression du virus, suscitent beaucoup d’interrogations et d’inquiétudes sur ce qu’il sera réellement possible de proposer au public.

L’Orchestre d’harmonie de Mons en Baroeul, en répétition à la salle des Fêtes du Fort Macdonald

Le concert de juin avait pour thème, « les Musiques du Monde » : un voyage musical à travers différents pays (l’Écosse, la Chine, l’Angleterre, le Japon, l’Afrique, Tahiti et même la France) ; douze morceaux qui avaient été répétés, tout au long de l’année. Mais, la situation sanitaire n’avait pas permis d’organiser le concert. Pour ce nouveau spectacle de fin d’année, on a limité le nombre de morceaux à six, de manière à raccourcir la prestation, ramenée ainsi à moins d’une heure, sans entracte, ce qui limitera les risques de contagion.

Dès la rentrée de septembre, les répétitions de l’Orchestre ont été délocalisées dans la salle des fêtes du Fort Macdonald. « C’est une immense chance de pouvoir disposer d’une salle aussi grande » constate Olivier Ochin, le président de l’Harmonie. « La plupart des communes n’ont pas cette possibilité. On a pu matérialiser des espaces de 4 m² pour chaque musicien et accueillir la formation au grand complet ». « Cela nous remonte le moral », ajoute Pierre Misikowski, le chef de l’orchestre, « répéter tous ensemble, c’est beaucoup plus motivant pour les musiciens et cela permet d’effectuer un travail de bien meilleure qualité. »

Pourra-t-on se replier sur la salle Salvator Allende dont la scène n’a qu’une superficie de 170 m² ? Pourra-t-on disposer de la salle du Fort beaucoup plus grande ? Pourra-t-on tout simplement jouer devant un public ? Pourra-t-on enregistrer ce concert, tous les musiciens réunis, dans une même salle ? À ce jour, rien n’est sûr ! Les musiciens sont suspendus aux décisions préfectorales ou ministérielles qui elles-mêmes sont subordonnées à l’évolution de la propagation du virus. L’Orchestre, s’il est dans l’incapacité de se produire essaiera d’enregistrer une captation diffusée sur Internet. La tendance n’est pas excellente : le conseil municipal vient d’interdire, toutes les manifestations de type Braderie, Loto etc. À suivre…

Galerie

Image par défaut
Alain Cadet, journaliste
Il a débuté dans la vie professionnelle comme enseignant. Après avoir coché la case du métier de photographe, il s’est orienté vers la réalisation de films documentaires, activité qui a rempli l’essentiel de sa carrière. Arrivé à la retraite, il a fait quelques films… mais pas beaucoup ! Les producteurs craignent toujours que, passé 60 ans, le réalisateur ait la mauvaise idée de leur faire un infarctus, ce qui leur ferait perdre beaucoup d’argent ! La suite a montré qu’ils se sont peut-être montrés un peu trop frileux, mais cela fait partie du passé. C’est ainsi que l’ancien réalisateur – un peu photographe, sur les bords – s’est mis à collaborer avec différents journaux. Il a aussi écrit des livres sur la guerre de 1914 – 1918 où l’image a une place importante. C’est ainsi que dans ce blog, on trouvera beaucoup d’articles sur des peintres ou des photographes anciens ou contemporains, des textes relatifs aux deux guerres, mais aussi des articles opportunistes sur différents événements. Comme les moyens du bord sont très limités, cela a obligé l’auteur à se remettre à la photographie – sa passion de jeunesse – pour illustrer ses textes. Il ne s’en plaint pas !