Coup d’œil dans le rétro : le magasin « Boulanger » du carrefour Voltaire-Lavoisier, Mons-en-Barœul, 59370

Coup d’œil dans le rétro : le magasin « Boulanger » du carrefour Voltaire-Lavoisier, Mons-en-Barœul, 59370

L’ancien magasin Boulanger © Association « Entente des cultures »
 

Le décès de Bernard Boulanger, ce vendredi 25 novembre est l’occasion de revenir sur un épisode commercial qui a marqué la vie de la commune : l’implantation d’un magasin « Boulanger » dans le « Bas-de-Mons. »`

Ce magasin se situait à l’angle des rues Voltaire et Lavoisier. Pour comprendre cette implantation il faut revenir sur l’Histoire de l’enseigne « Boulanger ». Dans les années 1950, son fondateur, Bernard Boulanger, possède un petit magasin d’électro-ménager à Lille. Il va déménager deux fois pour s’agrandir jusqu’à occuper un local, rue Gambetta, vaste pour l’époque. C’est le début de l’enseigne « Établissements Boulanger Frères ». L’affaire de Bernard Boulanger n’est pas fondamentalement différente du commerce de l’époque fait d’un tissu de petits magasins. Mais les années 1950 sont porteuses d’une révolution. A l’imitation des Etats-Unis, de nouveaux hôtes s’installent dans les foyers français : le réfrigérateur, le grille-pain, la cuisinière électrique, le lave-linge et surtout… le poste de télévision. Le couronnement de la Reine d’Angleterre, en 1953, retransmis pour la première fois en direct, va être un extraordinaire outil de promotion de ce nouveau moyen de communication. La bonne santé économique de la France de cette époque et le développement de l’automobile favorisent une forme de commerce nouvelle. Les grandes surfaces, moins proches mais aussi moins chères, sont plébiscitées par les consommateurs. Bernard Boulanger qui a anticipé cette évolution maille la Métropole de magasins de son enseigne. 

A gauche, l’ouverture du magasin. A droite, Bernard Boulanger intronise Jean Nys en le poussant dans un berceau.

C’est ainsi qu’en mars 1976, il va ouvrir sa succursale de Mons-en-Barœul. Le premier directeur sera Jean Nys, qui nous a quitté il y a peu et qui fut un grand animateur du foyer Douliez et de ses parties de cartes acharnées. Ce magasin comme les autres points de vente de l’enseigne sont un grand succès commercial. Ce développement aura un impact sur le commerce local. Ainsi le magasin d’électricité et électroménager de Pierre Parent, rue du général de Gaulle sera contraint de fermer ses portes, faute de clients. La bonne santé de la marque « Boulanger » va susciter l’intérêt de Gérard Mulliez qui va en faire l’acquisition en 1986.

Aujourd’hui, l’endroit est un lieu de culte, la mosquée Al Wifaq.

Aujourd’hui l’ancienne enseigne d’électro-ménager a été remplacée par le principal lieu de culte de la commune, la mosquée « Al Wifaq ». C’est aussi un lieu d’enseignement de la religion et de la langue arabe.

Souvenir… souvenir

Pour compléter cette lecture :

Le site de Jacques Desbarbieux 

https://monsavantmonsapres.blogspot.com/2003/11/un-temple-de-la-consommation-devenu.html

L’association « Entente des cultures »

https://www.mosqueemons.fr/index.php/fr/ct-menu-item-2/l-association-aec

Alain Cadet, journaliste
Alain Cadet, journaliste

Il a débuté dans la vie professionnelle comme enseignant. Après avoir coché la case du métier de photographe, il s’est orienté vers la réalisation de films documentaires, activité qui a rempli l’essentiel de sa carrière. Arrivé à la retraite, il a fait quelques films… mais pas beaucoup ! Les producteurs craignent toujours que, passé 60 ans, le réalisateur ait la mauvaise idée de leur faire un infarctus, ce qui leur ferait perdre beaucoup d’argent ! La suite a montré qu’ils se sont peut-être montrés un peu trop frileux, mais cela fait partie du passé. C’est ainsi que l’ancien réalisateur – un peu photographe, sur les bords – s’est mis à collaborer avec différents journaux. Il a aussi écrit des livres sur la guerre de 1914 – 1918 où l’image a une place importante. C’est ainsi que dans ce blog, on trouvera beaucoup d’articles sur des peintres ou des photographes anciens ou contemporains, des textes relatifs aux deux guerres, mais aussi des articles opportunistes sur différents événements. Comme les moyens du bord sont très limités, cela a obligé l’auteur à se remettre à la photographie – sa passion de jeunesse – pour illustrer ses textes. Il ne s’en plaint pas !

Publications: 302

Vous pouvez commenter l'article

%d blogueurs aiment cette page :