Faites réparer votre vélo, rue du général-de-Gaulle, dans le Haut-de-Mons

Faites réparer votre vélo, rue du général-de-Gaulle, dans le Haut-de-Mons

Un nouveau commerce vient d’ouvrir ses portes dans le quartier du Haut-de-Mons, près de l’ancienne mairie. Il s’agit d’un réparateur de vélos. Il prend la place de « Hello Bocaux » qui a fermé ses portes, il y a plusieurs mois.

La nature a horreur du vide !

Frédéric Leclercq, ancien cadre commercial, qui demeure dans le nord de la métropole, a ses habitudes rue du général de Gaulle.  Ce passionné de « deux roues » depuis l’enfance, collectionneur de vélos vintages, avait choisi de faire transiter les pièces détachées pour les cycles qu’il répare par « Diaph16 », un point relais, situé juste en face du local fermé. « J’ai demandé à Benoît Musslin, le gérant du point relais à qui appartenait ce magasin qui me paraissait très bien situé », explique Frédéric Leclercq. Cela ne pouvait pas mieux tomber ! Benoît Musslin est aussi un passionné de vélo et il avait le numéro de téléphone de la personne responsable, à la mairie, propriétaire du lieu. « J’ai été reçu à bras ouverts, par le maire et son adjoint au développement urbain », témoigne Frédéric Leclercq.

En quelques mois, le projet est bouclé.  

Le néo-commerçant, choisit de s’appuyer sur une franchise de grande réputation, « Vélogik, les Ateliers », implantée un peu partout en France.  Il embauche un technicien, Arnaud Villemont, qui, comme lui, a suivi la formation du CNPC (École de Commerce de Management et de Sport)  dans la catégorie « Vente et Réparation de Cycles ».  Les deux hommes ont ouvert leur nouveau commerce le 1er juin. « Il y a beaucoup de cyclistes dans la rue et tout autour », constate Frédéric Leclercq. « Les gens sont souriants et ouverts. J’ai déjà rencontré pas mal de clients. Pour un début c’est engageant ! »  En ouvrant ce commerce de proximité dédié au vélo, cet ancien diplômé d’une école supérieure de commerce a réalisé son rêve.  

Frédéric Leclercq pratique le cyclisme depuis toujours.

Il a toujours réparé lui-même ses vélos. L’ouverture du commerce de la rue du général-de-Gaulle, dans le Vieux-Mons, coïncide avec la fermeture d’un réparateur très réputé de la Résidence de l’Europe, dans le Nouveau-Mons.  La clientèle monsoise, désorientée, va pouvoir bénéficier d’une solution alternative de proximité. « Nous n’avons pas l’intention de vendre des vélos neufs », précise Frédéric Leclercq. « Nous prendrons seulement en charge les réparations de vélos classiques comme ceux à assistance électrique. Peut-être que dans un second temps nous vendrons les vélos d’occasion révisés que nous ont cédés nos clients. »

Contact : Vélogik https://reservation.velogik-ateliers.com/shops/12
134, rue du Général De Gaulle 59370 Mons-en-Baroeul
tél   03 62 27 88 40 monsenbaroeul[at]velogik-ateliers.fr.

 Magali, une des premières clientes du magasin

Magali habite la Madeleine. Elle travaille du côté de Mons-Sart.  Chaque matin et chaque soir, elle fait cet itinéraire, d’environ 3 km.  Elle possède deux vélos « Decathlon » de l’année 1998 qui sont bien mal en point. Ils se ressemblent beaucoup. Elle espère qu’avec les deux, on pourra en faire un qui fonctionne.  D’après les deux techniciens du magasin de la rue du Général De Gaulle, c’est possible ! Elle est toute contente à l’idée d’avoir un nouveau vélo, restauré à l’aide de ses deux anciens ! « C’est la première fois que je viens ici », confie-t-elle, «Avant, je faisais réparer mon vélo dans le magasin Fallet du Nouveau-Mons, mais comme il a fermé, je suis contente d’avoir trouvé une nouvelle solution ! »

Alain Cadet, journaliste
Alain Cadet, journaliste

Il a débuté dans la vie professionnelle comme enseignant. Après avoir coché la case du métier de photographe, il s’est orienté vers la réalisation de films documentaires, activité qui a rempli l’essentiel de sa carrière. Arrivé à la retraite, il a fait quelques films… mais pas beaucoup ! Les producteurs craignent toujours que, passé 60 ans, le réalisateur ait la mauvaise idée de leur faire un infarctus, ce qui leur ferait perdre beaucoup d’argent ! La suite a montré qu’ils se sont peut-être montrés un peu trop frileux, mais cela fait partie du passé. C’est ainsi que l’ancien réalisateur – un peu photographe, sur les bords – s’est mis à collaborer avec différents journaux. Il a aussi écrit des livres sur la guerre de 1914 – 1918 où l’image a une place importante. C’est ainsi que dans ce blog, on trouvera beaucoup d’articles sur des peintres ou des photographes anciens ou contemporains, des textes relatifs aux deux guerres, mais aussi des articles opportunistes sur différents événements. Comme les moyens du bord sont très limités, cela a obligé l’auteur à se remettre à la photographie – sa passion de jeunesse – pour illustrer ses textes. Il ne s’en plaint pas !

Articles: 382

Vous pouvez commenter cet article

En savoir plus sur Portraits d'artistes

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading