Gabriel Pagnerre - Architecte

Francis Pagnerre, 1934 – 2021

Francis Pagnerre est le petit-fils d’Eugène-Gabriel, l’architecte emblématique de la métropole lilloise du début du siècle. Longtemps détaché de la mémoire de son grand-père, il l’avait redécouvert à travers son œuvre, visible dans plusieurs villes de l’agglomération de Lille et du dunkerquois.

Francis Pagnerre, 1934 – 2021

La fenêtre -
En décembre 2009, Francis Pagnerre visite pour la première fois le Vert Cottage, à Mons en Baroeul, qui fut l’une des deux résidences de son grand-père : une sorte de retour aux sources pour ce résident de la Haute-Savoie.

Francis Pagnerre, le petit-fils de l’architecte Gabriel Pagnerre, nous a quitté le 12 mars 2021. Sa famille avait été marquée par la fin de vie de l’architecte, malade, incapable de travailler, dans le plus total dénuement. Elle avait tiré un trait sur l’épisode.  Francis Pagnerre n’a redécouvert son grand-père qu’à la fin des années 2000. Depuis cette date, bien qu’habitant la Haute-Savoie, il ne manquait jamais de faire le voyage vers la métropole lilloise, dès qu’un événement concernant son grand-père était annoncé.

Si Internet n’avait pas existé, Francis Pagnerre aurait probablement perdu le fil de son histoire familiale. En juin 2009, il décide de construire son arbre généalogique. « Quand j’ai écrit le mot Pagnerre et que j’ai appuyé sur le bouton. Je suis tombé sur le blog et alors, j’ai tout vu : son portrait, les maisons, les intérieurs et les vitraux. J’ai tout lu : sa vie, son oeuvre, tout ce qu’il avait fait. Cela a été l’émotion de ma vie», , déclarait-il quelques mois plus tard, en décembre, alors qu’il avait programmé la visite du « Vert Cottage », l’une des anciennes résidences de son grand-père. Quand il avait parlé de cette visite à sa maman, alors âgée de 97 ans elle lui avait dit : « Tu vas visiter la maison de ton grand-père ? Quel homme charmant ! Ce qu’il était drôle ! Qu’est-ce qu’il a pu nous faire rire ! ».

Front - Ride

La visite de la maison, pour Francis et son épouse, Monique, avait été un enchantement : « J’admire tout ce qu’il a pu faire… La beauté et l’harmonie qui se dégage. La joie aussi. Tout ce qu’il a imaginé est puissant et joyeux. C’est une maison qui lui ressemble. Je suis persuadé qu’il est là, quelque part, parmi nous. Ce retour vers mes racines, c’est le grand événement qui manquait à ma vie. »

Depuis cette date, le couple néo-savoyard a été de toutes les manifestations organisées en souvenir de l’architecte. Ainsi en septembre 2014, à l’occasion des Journées européennes du Patrimoine, dont Francis était l’invité d’honneur, il avait participé à un grand périple, en bus dans la métropole, à la recherche des constructions de son aïeul. On avait ainsi pu visiter le cinéma le Mondial de Wazemmes, la maison du Peuple d’Halluin ou encore les petites maisons pleines de charme de Flers, devenue entre-temps un quartier de la commune de Villeneuve-d’Ascq… sans oublier, bien entendu, les belles « Bourgeoises » de Mons-en-Barœul, Lille et la Madeleine. Il y avait aussi ce jour-là une exposition dans la salle du Trocadero. Le moment d’émotion a probablement été l’instant où, en compagnie du maire de la commune, Rudy Elegeest, Francis a découvert une plaque dédiée à l’architecte, apposée, avenue du Trocadéro, à l’entrée du parc Gabriel Pagnerre. Au fil de ces visites, des correspondances régulières, via e-mail, avec tous ceux qui s’intéressaient au sujet, Francis était devenu une sorte de citoyen d’honneur de la commune et même un ami de ceux qui partageaient les mêmes centres d’intérêt. Francis était généreux. Il avait fait don de la plupart des objets appartenant à grand-père à l’association monsoise Eugénies. Il était plein de vie, drôle et convivial et aimait partager les instants de la vie qui passe. Finalement, il ressemblait beaucoup à songrand-père dont il avait hérité, les mêmes yeux bleus.

rue - Tourisme
Visite de l’ancien cinéma le Mondial (1909), à Wazemmes, en compagnie de Francis et Monique Pagnerre
Image par défaut
Alain Cadet, journaliste
Il a débuté dans la vie professionnelle comme enseignant. Après avoir coché la case du métier de photographe, il s’est orienté vers la réalisation de films documentaires, activité qui a rempli l’essentiel de sa carrière. Arrivé à la retraite, il a fait quelques films… mais pas beaucoup ! Les producteurs craignent toujours que, passé 60 ans, le réalisateur ait la mauvaise idée de leur faire un infarctus, ce qui leur ferait perdre beaucoup d’argent ! La suite a montré qu’ils se sont peut-être montrés un peu trop frileux, mais cela fait partie du passé. C’est ainsi que l’ancien réalisateur – un peu photographe, sur les bords – s’est mis à collaborer avec différents journaux. Il a aussi écrit des livres sur la guerre de 1914 – 1918 où l’image a une place importante. C’est ainsi que dans ce blog, on trouvera beaucoup d’articles sur des peintres ou des photographes anciens ou contemporains, des textes relatifs aux deux guerres, mais aussi des articles opportunistes sur différents événements. Comme les moyens du bord sont très limités, cela a obligé l’auteur à se remettre à la photographie – sa passion de jeunesse – pour illustrer ses textes. Il ne s’en plaint pas !
Publications: 153

Vous pouvez écrire un commentaire