Inauguration de la crèche Joséphine Baker, un très bel équipement à un million d’euros, 59370

Inauguration de la crèche Joséphine Baker, un très bel équipement à un million d’euros, 59370

Samedi dernier, tous les indicateurs étaient au beau fixe pour l’inauguration de la nouvelle crèche Joséphine Baker : une météo quasi estivale, un équipement livré dans les temps et dans le respect de son budget prévu et surtout une très belle réalisation au service de la petite enfance.

Comme le veut la coutume, le nouvel équipement, du projet à sa réalisation, été exposé dans les discours de Diana da Conceiçao, adjointe au maire, chargée de l’action sociale et de la petite enfance, de Véronique Delcourt, présidente du Conseil d’administration de la CAF du Nord et de Rudy Elegeest, maire de la commune de Mons-en-Barœul. Ce nom, Joséphine Baker, donné à cette nouvelle crèche, en rupture avec la tradition communale consistant à désigner les équipements par leur quartier d’implantation est un symbole fort. Au-delà de l’Artiste, de la Résistante, Joséphine Baker est celle qui a adopté douze enfants, de toutes les couleurs, de toutes les religions, qu’elle appelait sa « tribu arc-en-ciel ». 

Le chantier de rénovation totale de cette crèche du Nouveau Mons, a débuté en juillet 2021. Il a été rondement mené. Douze mois et douze entreprises ont permis la livraison des travaux à la date prévue.  Les problèmes d’accessibilité ont été résolus. Les sanitaires et l’équipement (sol, peinture, menuiserie) ont été refaits. L’isolation correspond désormais aux normes les plus modernes, avec des vitres triple vitrages  installées sur la façade sud.  Bien entendu, tout cela coûte un peu d’argent : 150 000€ de l’ANRU, 270 000€ de la DPV (dotation politique de la ville), 180 000 € de la CAF et 300 000 € de la Ville…  soit au total, environ 1 million d’euros. 

Rudy Elegeest le maire de la commune était ravi : « Cette crèche Joséphine Baker  illustre les efforts consentis par la commune en faveur de la petite enfance. Elle va accueillir 45 enfants  en plus des 45 autres de la crèche de l’Europe inaugurée l’an dernier, des 20 enfants de la crèche Camille Guérin  et de quelques places louées à la crèche de la Mondiale. La petite enfance et  l’école primaire sont les lieux où se jouent beaucoup de choses qui vont conditionner l’avenir des plus jeunes. C’est pourquoi nous insistons pour donner des conditions optimales aux enfants et à leurs familles. »

Fanny Bencolo est la nouvelle directrice de la nouvelle crèche Joséphine Baker

Pour prendre ce nouveau poste, Fanny Bencolo a dû déménager.  Elle habitait la région parisienne où elle exerçait… le métier de directrice de crèche ! « Mon compagnon est originaire du Nord et il rêvait de pouvoir revenir un jour dans sa région », explique-t-elle. « Ce nouveau poste vacant à Mons-en-Barœul a été pour nous l’occasion de concrétiser cette envie de retour aux sources. » Après quelques semaines passées dans la région, Fanny Bencolo apprécie le changement : « Les gens, ici, sont très accueillants. Quant à la crèche, elle est belle, lumineuse, colorée, moderne. Ma nouvelle vie me plaît beaucoup. »

Galerie :

Alain Cadet, journaliste
Alain Cadet, journaliste

Il a débuté dans la vie professionnelle comme enseignant. Après avoir coché la case du métier de photographe, il s’est orienté vers la réalisation de films documentaires, activité qui a rempli l’essentiel de sa carrière. Arrivé à la retraite, il a fait quelques films… mais pas beaucoup ! Les producteurs craignent toujours que, passé 60 ans, le réalisateur ait la mauvaise idée de leur faire un infarctus, ce qui leur ferait perdre beaucoup d’argent ! La suite a montré qu’ils se sont peut-être montrés un peu trop frileux, mais cela fait partie du passé. C’est ainsi que l’ancien réalisateur – un peu photographe, sur les bords – s’est mis à collaborer avec différents journaux. Il a aussi écrit des livres sur la guerre de 1914 – 1918 où l’image a une place importante. C’est ainsi que dans ce blog, on trouvera beaucoup d’articles sur des peintres ou des photographes anciens ou contemporains, des textes relatifs aux deux guerres, mais aussi des articles opportunistes sur différents événements. Comme les moyens du bord sont très limités, cela a obligé l’auteur à se remettre à la photographie – sa passion de jeunesse – pour illustrer ses textes. Il ne s’en plaint pas !

Publications: 302

Vous pouvez commenter l'article

%d blogueurs aiment cette page :