La Résidence de l’Europe poursuit sa mue, Mons en Baroeul, 59370

La Résidence de l’Europe poursuit sa mue, Mons en Baroeul, 59370

La résidence au début des années 1970

Depuis le milieu des années 1960, date de la construction de la résidence de l’Europe, elle n’avait connu que très peu de travaux d’entretien. Un programme de rénovation et de mise en sécurité a débuté l’an dernier. Il est en voie d’achèvement.

Romain Dutrieux,  chef de l’agence SERGIC de Mons et Francis Micmande, président du Conseil syndical de la Copropriété ont accepté de faire le point sur l’avancée des travaux entrepris depuis juin 2021. Nous sommes au bout de la dernière ligne droite. « Il ne reste plus que les travaux d’embellissements (peinture revêtements de sol, etc.) des cages d’escalier, les travaux menés par la mairie pour son nouveau local du rez-de-chaussée », déclarent-ils. « En principe, tout devrait-être terminé, en février 2023 ». Les derniers travaux visibles de l’extérieur, ceux de la coursive-sud (côté place Lyautey) viennent tout juste de s’achever. 

La coursive Sud vient tout juste d’être achevée.

C’est la fin d’un marathon de longue haleine. « Tout est parti d’un grave incendie survenu en 2007 », poursuivent les deux dirigeants. « Il a réduit en cendre plusieurs cellules commerciales au niveau de la tour C3. Il n’y a pas eu de victime mais on a frôlé la catastrophe. On s’est alors aperçu que cet immeuble cinquantenaire n’était plus du tout aux normes de sécurité modernes ». Une première phase d’études a lieu en 2012. Elle s’inspire des recommandations du SDIS et de la commission de sécurité de la Préfecture. Elle est confiée ensuite au cabinet Artelia qui chiffre les travaux à effectuer. « L’enveloppe nécessaire dépassait les 6 millions d’euros. Cela représentait une dépense pour chaque copropriétaire d’environ 10 000 euros. C’était une grande difficulté car beaucoup de ces propriétaires ont des revenus moyens incompatibles avec cette dépense », confient les deux dirigeants.

Romain Dutrieux et Francis Micmande.

Il devenait urgent de trouver une solution. Il n’était pas possible d’obtenir des subventions pour ce projet privé, sauf si une mise en demeure de faire les travaux était prise par la mairie ou la préfecture. C’est finalement le maire de Mons-en-Barœul qui va se dévouer pour signer l’arrêté. Un dossier de subvention va pouvoir être monté. Sur les 6,353 millions d’euros du projet, les subventions de la MEL et de l’Etat (ANAH) vont se monter à 5,8 millions d’euros. En septembre 2020, une assemblée générale du Conseil syndical décidait d’engager les travaux « Avec une participation moyenne d’un peu plus de 2 000 euros pour chacun des copropriétaires, c’était plus facile d’obtenir la décision » précisent les deux dirigeants. L’immeuble a été revu de fond en comble : cloisons coupe-feu à tous les endroits sensibles, système d’arrosage incendie dans les locaux poubelles, alarmes, désamiantage, système d’aération refaits, interphones remplacés… La remise à neuf des coursives Nord et Sud a également été réalisée.

Cette première phase terminée, la SERGIC et le Conseil syndical envisagent une deuxième phase. Elle est déjà à l’étude. Elle concerne le ravalement complet des façades et la modernisation en profondeur du système de chauffage. « Si tout va bien, la Résidence de l’Europe sera en chantier jusqu’en 2030 » concluent Romain Dutrieux et Francis Micmande.

La résidence en 2022.

Article précédent :

La « Résidence de l’Europe », l’immeuble emblématique de la ZUP des années 60, retrouve une nouvelle jeunesse, Mons-en-Baroeul, 59370

Alain Cadet, journaliste
Alain Cadet, journaliste

Il a débuté dans la vie professionnelle comme enseignant. Après avoir coché la case du métier de photographe, il s’est orienté vers la réalisation de films documentaires, activité qui a rempli l’essentiel de sa carrière. Arrivé à la retraite, il a fait quelques films… mais pas beaucoup ! Les producteurs craignent toujours que, passé 60 ans, le réalisateur ait la mauvaise idée de leur faire un infarctus, ce qui leur ferait perdre beaucoup d’argent ! La suite a montré qu’ils se sont peut-être montrés un peu trop frileux, mais cela fait partie du passé. C’est ainsi que l’ancien réalisateur – un peu photographe, sur les bords – s’est mis à collaborer avec différents journaux. Il a aussi écrit des livres sur la guerre de 1914 – 1918 où l’image a une place importante. C’est ainsi que dans ce blog, on trouvera beaucoup d’articles sur des peintres ou des photographes anciens ou contemporains, des textes relatifs aux deux guerres, mais aussi des articles opportunistes sur différents événements. Comme les moyens du bord sont très limités, cela a obligé l’auteur à se remettre à la photographie – sa passion de jeunesse – pour illustrer ses textes. Il ne s’en plaint pas !

Publications: 302

Vous pouvez commenter l'article

%d blogueurs aiment cette page :