L’étincelle de Greystones

L’étincelle de Greystones

L’étincelle de Greystones

« Even the smallest spark can light the greatest fire » :« La plus petite étincelle peut allumer le plus grand des feux », proverbe irlandais

L’étincelle de Greystones

Greystones est une petite ville de 20 000 habitants de la région de Dublin. Elle vient d’interdire l’usage du téléphone portable et autres écrans toxiques aux ados de moins de treize ans. Etonnant ! Non ?

L’information a franchi l’océan par le canal du journal « La Brèche ». 

C’est une petite publication mal-pensante qui exploite les nouvelles que ses confrères ont pour mission de cacher soigneusement sous le tapis. Ainsi, les nappes phréatiques en souffrance dont le niveau n’a jamais été aussi bas, exploitées d’autant plus frénétiquement pour des objectifs discutables, le réchauffement climatique qui brûle les cultures et bouleverse le climat, les pollutions chimiques, nitrites, métaux lourds dans l’eau potable, pesticides, néocotinéïdes ou ARNi qui ne perturbent pas que les insectes, sont-ils des sujets récurrents de « La Brèche ». La pollution électro-magnétique par antenne-relais, boxes-wifi, smartphones, tablettes et autres objets connectés, trouve aussi une place de choix dans les colonnes de ce petit journal pas comme les autres. 

L'équipe des parents et enseignants de Greystones
L’équipe des parents et enseignants de Greystones.

Les enseignants et les parents d’élèves des écoles primaires de cette ville côtière de l’Irlande de l’Est ont adopté le « Greystones act ». Il consiste à supprimer le smartphone et autres écrans connectés pour les moins de treize ans. Cette décision a été prise à la suite du niveau croissant d’anxiété des enfants attribué à l’usage immodéré de cette technologie. « L’objectif est d’éviter les comportements addictifs et de protéger les plus jeunes des effets nocifs des écrans », commente La Brèche. Non contents, de cette position radicale, les parents l’étendent aussi au temps passé à la maison. 

L’utilisation des smartphones nuit à la capacité d’étudier. 

Cette expérience, unique en son genre, interpelle les Irlandais. Des élèves du secondaire confient à l’Irish Times que « Les smartphones et les réseaux sociaux détruisent la santé des enfants. Leur surutilisation nuit à la capacité d’étudier. » Le ministre de la santé de la république d’Irlande, Stephen Donelly, devant les succès de cette expérimentation ne veut pas être en reste et souhaite la dupliquer à l’échelle de la nation. Il déclare au Guardian : « L’Irlande peut être et doit être un leader mondial pour s’assurer que les enfants et les jeunes ne sont pas ciblés et ne souffrent pas de leur interaction avec le monde numérique. Nous devons permettre aux parents de limiter plus facilement le contenu auquel leurs enfants sont exposés ». Dieu bénisse l’Irlande et Stephen Donelly ! Ici, le ministre, serait taxé de complotiste par le microcosme des Ondes et des Médias et se trouverait en grand danger. 

Le bénéfice pour ces petits Irlandais est sans doute bien plus grand que l’imaginent l’équipe éducative de Greystones et le ministre de la santé de la république d’Irlande. Certes les contenus véhiculés par les écrans sont le plus souvent toxiques pour les élèves mais ils sont aussi un défi à la santé publique. 

Des cas d’Alzheimer chez les trente et quarante ans et même chez les moins de quinze ans ! du jamais vu ! 

Les ondes électromagnétiques, à une fréquence de plusieurs milliards de Hertz, polarisées et pulsées détruisent nombre de neurorécepteurs dans le cerveau… des élèves et des adultes ! Cela libère des particules calcaires qui vont produire l’oxydation de cellules du cerveau et une réaction en chaîne. L’effet immédiat sera une altération de la mémoire, qui peut, à la longue, conduire à de graves pathologies. Ainsi, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, a-t-on vu apparaître aux Etats-Unis un nombre significatif de cas d’Alzheimer chez les patients de 30 à 40 ans. En France, ce sont quelques adolescents de 13 à 15 ans atteints par cette pathologie qui interrogent. Du jamais vu ! L’équipe médicale qui les suit suspecte que la cause ne puisse avoir été la présence permanente de leur smartphone, sous l’oreiller, pendant toute la nuit. 

L’étincelle de Greystones va-t-elle illuminer l’Irlande toute entière ? Surtout, va-t-elle s’étendre à l’Europe et à la France en particulier ? On peut en douter. Notre pays qui fut une lumière, illuminant le Monde pour le développement des droits humains et de la démocratie, s’enfonce du côté obscur de la « Force », dans ce domaine comme dans bien d’autres. Les méfaits des ondes sont cachés très efficacement au public par l’Omerta généralisée des Institutions et des médias. Pourtant, l’empilement sans soin ni précaution des technologies des Ondes met en danger les êtres vivants. Comme pour le réchauffement climatique, se conduire comme des somnambules en mettant de plus en plus haut la barre d’exercice tout en niant le danger a des limites. Il serait temps de se réveiller avant qu’il ne soit trop tard ! 

Alain Cadet, journaliste
Alain Cadet, journaliste

Il a débuté dans la vie professionnelle comme enseignant. Après avoir coché la case du métier de photographe, il s’est orienté vers la réalisation de films documentaires, activité qui a rempli l’essentiel de sa carrière. Arrivé à la retraite, il a fait quelques films… mais pas beaucoup ! Les producteurs craignent toujours que, passé 60 ans, le réalisateur ait la mauvaise idée de leur faire un infarctus, ce qui leur ferait perdre beaucoup d’argent ! La suite a montré qu’ils se sont peut-être montrés un peu trop frileux, mais cela fait partie du passé. C’est ainsi que l’ancien réalisateur – un peu photographe, sur les bords – s’est mis à collaborer avec différents journaux. Il a aussi écrit des livres sur la guerre de 1914 – 1918 où l’image a une place importante. C’est ainsi que dans ce blog, on trouvera beaucoup d’articles sur des peintres ou des photographes anciens ou contemporains, des textes relatifs aux deux guerres, mais aussi des articles opportunistes sur différents événements. Comme les moyens du bord sont très limités, cela a obligé l’auteur à se remettre à la photographie – sa passion de jeunesse – pour illustrer ses textes. Il ne s’en plaint pas !

Articles: 384

Vous pouvez commenter cet article

En savoir plus sur Portraits d'artistes

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading