Portraits croisés : la rue du général De Gaulle (59370)

La rue du général De Gaulle emprunte la route historique qui reliait les communes de Roubaix et de Lille. Elle a souvent changé de nom : « Route de Lille ; Route de Roubaix ; rue Daubresse-Mauviez » et, après la deuxième Guerre mondiale, « Rue du général De Gaulle. » Nous commençons notre histoire dans la décennie 1890 et la terminons aujourd’hui : en 2020.
La Grande route de Roubaix (actuellement, rue du général de Gaulle) aux alentours de 1890

Dans les années 1890, la rue du général De Gaulle s’appelle la « Grande route de Roubaix ». Elle affiche clairement son rôle de lien entre les communes de Lille et de Roubaix. Au XVIIIe siècle, seules une cinquantaine de fermes étaient disséminés sur ce parcours. Elles étaient quasiment les seules habitations du bourg. À la fin du XIXe siècle, deux rang de maisons ont été établis de chaque côté de la route, mais, pas uniformément. À gauche, « La Grande Pépinière du Nord » occupe une surface agricole importante, dédiée à l’horticulture. On peut ainsi distinguer l’église et son clocher, bâtis en 1844. La « Grande route de Roubaix » est un axe réputé très passant en cette fin du XIXe siècle. C’est le parcours obligé pour les charrettes comme pour le tramway.  Ce dernier n’est plus hippomobile mais tracté par la vapeur. Le « Grand-Boulevard » et son Mongy n’existent pas encore. Pourtant, sur cet axe incontournable, le photographe a dû attendre de longs moments avant de pouvoir réunir dans son objectif un fiacre et un tramway à vapeur.

La rue du général de Gaulle, aujourd’hui

Aujourd’hui, des maisons d’architectes du début du XXe siècle, caractéristiques de ce quartier du « Haut de Mons » bouchent la vue et ne permettent plus de voir l’église. Le rang de droite n’a subi que très peu de modifications. Un bus a pris la place de l’antique tramway à vapeur. Il est possible qu’il utilise du carburant « vert ». Le fiacre est remplacé par de nombreuses automobiles. Depuis les travaux effectués sur l’axe parallèle, l’avenue Robert Schuman, une grande part du trafic entre les communes de Lille et Villeneuve-d’Ascq emprunte désormais cette rue du général De Gaulle qui, si elle ne fait pas partie des routes répertoriées officiellement, connaît une circulation considérable.

Image par défaut
Alain Cadet, journaliste
Il a débuté dans la vie professionnelle comme enseignant. Après avoir coché la case du métier de photographe, il s’est orienté vers la réalisation de films documentaires, activité qui a rempli l’essentiel de sa carrière. Arrivé à la retraite, il a fait quelques films… mais pas beaucoup ! Les producteurs craignent toujours que, passé 60 ans, le réalisateur ait la mauvaise idée de leur faire un infarctus, ce qui leur ferait perdre beaucoup d’argent ! La suite a montré qu’ils se sont peut-être montrés un peu trop frileux, mais cela fait partie du passé. C’est ainsi que l’ancien réalisateur – un peu photographe, sur les bords – s’est mis à collaborer avec différents journaux. Il a aussi écrit des livres sur la guerre de 1914 – 1918 où l’image a une place importante. C’est ainsi que dans ce blog, on trouvera beaucoup d’articles sur des peintres ou des photographes anciens ou contemporains, des textes relatifs aux deux guerres, mais aussi des articles opportunistes sur différents événements. Comme les moyens du bord sont très limités, cela a obligé l’auteur à se remettre à la photographie – sa passion de jeunesse – pour illustrer ses textes. Il ne s’en plaint pas !