Portraits croisés, le carrefour des Sarts (59370), 1950 – 2021

Le carrefour des Sarts a été le tout premier endroit où la voirie a été modifiée, pour donner naissance au premier programme immobilier Nouveau Mons.

Portraits croisés, le carrefour des Sarts (59370), 1950 – 2021

Le carrefour des Sarts, en 1950, vu depuis la rue Emile Zola. À droite, se trouve la rue Jean-Jacques Rousseau. À gauche, c’est la rue Mirabeau. Tout droit, la rue Parmentier. La maison bourgeoise (à gauche du cadre) date du début du XXe siècle. À sa droite, en face, se trouve la ferme Pottier. C’est l’une des 15 fermes de la commune. Elle n’est pas très éloignée de la rue du général De Gaulle, du centre du bourg et de l’école de garçons Rollin. Quelques gamins du quartier viennent égayer la photographie. L’auteur de l’image est une célébrité. Il s’appelle Henri Chomette et exerce la profession d’architecte. Ce repérage des lieux a pour but de restructurer le quartier. Chomette a dessiné une flèche rouge en direction de la ferme Pottier. C’est un très mauvais présage pour l’antique bâtiment. Cela signifie que cette ferme Pottier gêne la circulation automobile et doit être démolie afin de moderniser ce quartier des Sarts qu’il a la charge de construire.

Au même endroit aujourd’hui, on retrouve au niveau de ce carrefour des Sarts les mêmes rues Emile Zola, Jean-Jacques Rousseau, Mirabeau et Parmentier. Désormais, c’est un lieu très actif avec l’avenue Zola, dans l’alignement de l’avenue Robert Schuman qui mène au nouveau centre-ville. Au lieu de faire un coude autour de la ferme, on circule tout droit ! Un autobus qui vient de Fives par la rue Jean-Jacques Rousseau, s’en va vers Villeneuve-d’Ascq en empruntant la rue Mirabeau. La maison bourgeoise – à gauche du cadre – n’a pas pris une ride. Par contre, la ferme Pottier a entièrement disparu. Elle a été remplacée par la nouvelle avenue et un parking arboré dont on aperçoit les cimes. La photographie a été prise à la sortie de la station de métro Mons-Sarts l’une des nombreuses stations de la ligne Lille – Roubaix – Tourcoing. Il y circule beaucoup plus de voyageurs, sous terre, que sur cette avenue, pourtant passante !

Image par défaut
Alain Cadet, journaliste
Il a débuté dans la vie professionnelle comme enseignant. Après avoir coché la case du métier de photographe, il s’est orienté vers la réalisation de films documentaires, activité qui a rempli l’essentiel de sa carrière. Arrivé à la retraite, il a fait quelques films… mais pas beaucoup ! Les producteurs craignent toujours que, passé 60 ans, le réalisateur ait la mauvaise idée de leur faire un infarctus, ce qui leur ferait perdre beaucoup d’argent ! La suite a montré qu’ils se sont peut-être montrés un peu trop frileux, mais cela fait partie du passé. C’est ainsi que l’ancien réalisateur – un peu photographe, sur les bords – s’est mis à collaborer avec différents journaux. Il a aussi écrit des livres sur la guerre de 1914 – 1918 où l’image a une place importante. C’est ainsi que dans ce blog, on trouvera beaucoup d’articles sur des peintres ou des photographes anciens ou contemporains, des textes relatifs aux deux guerres, mais aussi des articles opportunistes sur différents événements. Comme les moyens du bord sont très limités, cela a obligé l’auteur à se remettre à la photographie – sa passion de jeunesse – pour illustrer ses textes. Il ne s’en plaint pas !
Publications: 188

Vous pouvez écrire un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :