Portraits croisés, les tours America, Mons-en-Barœul (59370)

Entre les années 1970, où les tours America furent construites… et aujourd’hui, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts du Barœul.

Les tours America, qui s’élèvent jusqu’à 19 étages,ont été construites en 1974. Cette photo a dû être prise en 1975 ou en 1976. Ce nouvel immeuble, formé de cubes de béton, évoque un champignon futuriste, éclos en plein milieu de la campagne. Ces tours America sont les dernières à avoir été construites, côté Mons-en-Barœul, à la frontière avec la commune de Villeneuve-d’Ascq. À la même époque, la « Fronde » des habitants du Nouveau-Mons – que l’on appelait à cette époque la ZUP – est à son apogée. Ils ont formé un comité : « Halte au béton », très actif, à tel point qu’une nouvelle municipalité, hostile aux nouvelles constructions, Marc Wolf (1977), remportera les élections suivantes. « Il était une fois, dans notre ville, un ogre qui s’appelait béton et qui mangeait les arbres et les plantes », trouve-t-on dans une publication de 1976 des jeunes de la MJC. L’auteur de ce magnifique cliché est connu. Il s’appelait Gustave Scrive. Si la photo n’était pas son métier, il possédait le matériel et avait le niveau d’un professionnel. Ici, il a utilisé un 200 mm avec un « filtre jaune », qui ne déforme pas les perspectives. C’est un cliché très prémédité, pris de très loin, depuis le territoire de Villeneuve-d’Ascq, à une époque où il n’y avait ni routes, (actuellement, on trouverait en ce lieu le boulevard de l’Ouest), ni constructions appartenant à la Zone d’Activité (beaucoup de garages automobiles).

Vu la qualité du cliché en noir et blanc, il faut être un peu kamikaze pour s’essayer à faire une photo contemporaine qui lui soit comparée. Pas question de s’installer dans la campagne de Villeneuve-d’Ascq ! Avec tous les immeubles qui ont été construits depuis, on ne verrait plus les tours America ! La photo a été prise sur le parking de la station de métro « Fort-de-Mons ». En utilisant tout le recul que permet l’endroit, les tours America entrent à peine dans le cadre d’un 24 mm. Même en corrigeant les perspectives avec un logiciel adapté, qui, sur le cliché d’origine sont très marquées, on voit bien que quelque chose n’est pas normal dans cette image ! Ce parking, situé devant les tours, permet aux habitants de la campagne de venir garer leur véhicule, pour aller travailler à Lille en métro. C’est toujours ça de moins qui traverse la commune ! Le côté Grandes-Tours fait un peu peur aux habitants de l’extérieur. Ainsi, un internaute de la ville d’Arras écrit-il : « Mons-en-Barœul est une grande cité avec des HLM partout. Pour ceux qui aiment le béton, cette ville est pour vous. » Tandis que sur un site réunissant des architectes, l’un des internautes, poste le commentaire suivant : « Ça craint un peu du côté des tours « Anémone », mais globalement je m’y suis senti en sécurité. Je n’ai pas rangé mon appareil photo comme j’ai dû le faire à Loos, le même jour. » Franchement, depuis le temps que je fais de la photo dans la commune, je ne m’y suis jamais senti en danger. Si vous aimez photographier les grands immeubles, venez chez nous !

Image par défaut
Alain Cadet, journaliste
Il a débuté dans la vie professionnelle comme enseignant. Après avoir coché la case du métier de photographe, il s’est orienté vers la réalisation de films documentaires, activité qui a rempli l’essentiel de sa carrière. Arrivé à la retraite, il a fait quelques films… mais pas beaucoup ! Les producteurs craignent toujours que, passé 60 ans, le réalisateur ait la mauvaise idée de leur faire un infarctus, ce qui leur ferait perdre beaucoup d’argent ! La suite a montré qu’ils se sont peut-être montrés un peu trop frileux, mais cela fait partie du passé. C’est ainsi que l’ancien réalisateur – un peu photographe, sur les bords – s’est mis à collaborer avec différents journaux. Il a aussi écrit des livres sur la guerre de 1914 – 1918 où l’image a une place importante. C’est ainsi que dans ce blog, on trouvera beaucoup d’articles sur des peintres ou des photographes anciens ou contemporains, des textes relatifs aux deux guerres, mais aussi des articles opportunistes sur différents événements. Comme les moyens du bord sont très limités, cela a obligé l’auteur à se remettre à la photographie – sa passion de jeunesse – pour illustrer ses textes. Il ne s’en plaint pas !
Publications: 205

Vous pouvez écrire un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :