', 'auto'); ga('send', 'pageview');

Portraits croisés, quand un immeuble redevient « foncier », Barre Coty, 59370

Portraits croisés, quand un immeuble redevient « foncier », Barre Coty, 59370

Le 16 novembre 2023, après le dernier coup de dent, plus un seul mur n’est debout. Une masse importante de gravats reste à évacuer.

La barre Coty, 120 mètres de longueur, 96 logements, 12 000 tonnes de béton, sans être le plus important bâtiment de la Zup de Mons était néanmoins un bâtiment imposant. Quand il a été décidé de le démolir, il a fallu retirer l’amiante, les divers équipements, avant de convoquer la grignoteuse pour déconstruite le bâtiment, mur par mur. Cela prend du temps. Il faut évacuer les déblais au fur et à mesure pour permettre à l’engin de progresser et de travailler.  A raison de 3 ou 4 rangs par phase, il a fallu deux bons mois, du 13 septembre au 16 novembre 2023 pour arriver à bout de la barre Coty.

La photo date du 29 décembre 2023. Le terrain est nu. On pourrait imaginer n’importe quel type de constructions en lieu et place de l’ancienne barre. 

Sur cette image, le chantier est terminé depuis une semaine. La parcelle est prête pour recevoir de nouvelles constructions. Il ne reste plus que le mur de tôle, provisoire, destiné à prévenir les intrusions. Mais il ne protège plus que le vide. La perspective cachée par l’ancienne barre Coty est dégagée. Elle met en évidence le côté cubique et géométrique des immeubles du Nouveau-Mons, quelque soit la date de leur construction, les années 1960 ou tout récemment.


En savoir plus sur Portraits d'artistes

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Alain Cadet, journaliste
Alain Cadet, journaliste

Il a débuté dans la vie professionnelle comme enseignant. Après avoir coché la case du métier de photographe, il s’est orienté vers la réalisation de films documentaires, activité qui a rempli l’essentiel de sa carrière. Arrivé à la retraite, il a fait quelques films… mais pas beaucoup ! Les producteurs craignent toujours que, passé 60 ans, le réalisateur ait la mauvaise idée de leur faire un infarctus, ce qui leur ferait perdre beaucoup d’argent ! La suite a montré qu’ils se sont peut-être montrés un peu trop frileux, mais cela fait partie du passé. C’est ainsi que l’ancien réalisateur – un peu photographe, sur les bords – s’est mis à collaborer avec différents journaux. Il a aussi écrit des livres sur la guerre de 1914 – 1918 où l’image a une place importante. C’est ainsi que dans ce blog, on trouvera beaucoup d’articles sur des peintres ou des photographes anciens ou contemporains, des textes relatifs aux deux guerres, mais aussi des articles opportunistes sur différents événements. Comme les moyens du bord sont très limités, cela a obligé l’auteur à se remettre à la photographie – sa passion de jeunesse – pour illustrer ses textes. Il ne s’en plaint pas !

Articles: 403

Un commentaire

  1. Bonjour et merci pour l’information, c’est devenu la mode car à Lille ils ont rasé le boulevard de Strasbourg et aussi le boulevard de Metz. Faire et défaire…… Bonne journée. Stéphane

Vous pouvez commenter cet article