Retour vers la musique pour l’Orchestre d’Harmonie de Mons-en-Barœul

Après une période de confinement de plus de deux mois, où toute répétition était interdite, les musiciens de l’OHMB ont retrouvé le chemin de la musique exécutée en groupe. Si le mode de répétition partage quelques points communs avec celui d’avant la pandémie, presque tout est désormais différent.

En ce mois de juin 2020, on peut enfin retouver le chemin des répétitions et préparer le prochain concert.

La répétition, prévue le 16 mars dernier, a coïncidé avec le début du confinement. Elle a dû être annulée. Il a fallu attendre le 8 juin pour qu’une première répétition puisse à nouveau se dérouler. Pas question de convoquer, tous ensemble les 70 musiciens de l’orchestre : aucune salle n’aurait permis de respecter les « règles barrières » dans une telle configuration. « Dans un endroit clos, nous sommes limités à un groupe de dix personnes c’est-à-dire neuf musiciens plus le Chef », explique Pierre Misikowski, le chef de l’Orchestre d’Harmonie de Mons-en-Barœul. « Comme dans d’autres lieux, il nous il faut ménager un espacement suffisant entre chaque participant. Nous devons respecter ces contraintes si nous ne voulons pas contribuer à relancer l’épidémie. » Le cycle des répétitions du mois de juin (du 8 aux 29) est constitué de huit séances d’une heure chacune. Salvador Allende comportant plusieurs salles adaptées, chaque mardi, on peut mettre en place deux répétitions de groupe consécutives dans deux endroits différents. Cette organisation permet de ne désinfecter les locaux le lendemain et ainsi, de ne pas perdre de temps. « Après ces deux mois où nous n’avons communiqué que via Internet, ces répétitions nous ont permis de nous retrouver. C’est un moment de bonheur musical », poursuit Pierre Misikowski. « L’idée, c’est que chacun des 70 musiciens qui le désire puisse bénéficier au minimum d’une répétition. Évidemment, c’est peu et nous espérons que la situation se sera améliorée en septembre et que les dispositifs pourront être allégés mais il n’y a aucune certitude. »

L’objectif de ces répétitions d’avant les vacances est de commencer à préparer le concert qui aurait dû se dérouler en juin et dont on espère qu’il pourra se tenir, malgré tout, en décembre 2020. Le thème est celui des « Musiques du monde ». Le morceau mis en place via Internet « Libertango », d’Astor Piazzolla fait partie de ce programme. « C’est loin d’être gagné », fait remarquer le Chef de l’orchestre d’harmonie, « mais nous faisons tout pour réussir. Ce sont des pièces assez compliquées qui demandent beaucoup de travail de préparation. Le virus est installé pour des mois. Il va falloir probablement vivre avec, au jour le jour. Mais nous faisons tout ce que nous pouvons pour continuer à jouer de la musique. »

A l’Auditorium (une des salles disponibles), répétition de l’un des 8 groupes

Galerie

Photos, Alain Cadet

Image par défaut
Alain Cadet, journaliste
Il a débuté dans la vie professionnelle comme enseignant. Après avoir coché la case du métier de photographe, il s’est orienté vers la réalisation de films documentaires, activité qui a rempli l’essentiel de sa carrière. Arrivé à la retraite, il a fait quelques films… mais pas beaucoup ! Les producteurs craignent toujours que, passé 60 ans, le réalisateur ait la mauvaise idée de leur faire un infarctus, ce qui leur ferait perdre beaucoup d’argent ! La suite a montré qu’ils se sont peut-être montrés un peu trop frileux, mais cela fait partie du passé. C’est ainsi que l’ancien réalisateur – un peu photographe, sur les bords – s’est mis à collaborer avec différents journaux. Il a aussi écrit des livres sur la guerre de 1914 – 1918 où l’image a une place importante. C’est ainsi que dans ce blog, on trouvera beaucoup d’articles sur des peintres ou des photographes anciens ou contemporains, des textes relatifs aux deux guerres, mais aussi des articles opportunistes sur différents événements. Comme les moyens du bord sont très limités, cela a obligé l’auteur à se remettre à la photographie – sa passion de jeunesse – pour illustrer ses textes. Il ne s’en plaint pas !
Publications: 174

Vous pouvez écrire un commentaire