Collège Jéhan-le-Fréron, le Retour, 60360

Collège Jéhan-le-Fréron, le Retour, 60360

Il m’a fallu plus d’un demi-siècle pour retourner sur les traces de mon ancien collège, Jéhan-le-Fréron.

Je suis revenu à Crèvecœur à l’occasion du Salon de la carte postale. Je m’intéresse à Cassien Debray, un photographe assez exceptionnel qui a exercé son Art des années 1900 à 1930. Son enseigne, Debray-Bollez, se trouvait presque en face de la salle des fêtes où se déroulait le Salon. Dans mon souvenir, la salle était plus grande. Il y avait des visiteurs, mais sans plus. On y trouvait des cartes postales des différentes communes de l’Oise, des timbres, des pièces de monnaie et même un vieux poste de radio. Sur Crèvecœur même, pas grand-chose… et sur Cassien, encore moins ! En fait, il semble avoir été presque oublié de ses compatriotes. La visite s’est vite terminée. 

Du coup, il m’est venu l’idée d’aller faire un tour du côté de mon ancien collège. Depuis le milieu des années 1960, il se nomme Jéhan-le-Fréron. C’est un grand mystère pour moi ! Visiblement, je ne suis pas le seul. A Crèvecœur-le-Grand, tout le monde a été l’élève du collège Jéhan-le-Fréron, mais personne ne sait qui c’est ! Pas grand-chose n’a bougé depuis mon époque, avec les bâtiments de la fin des années 1950 qui encadrent l’ancienne école des filles, datant des années 1880. Simplement, de mauvaises herbes se sont développées dans les fissures du bitume, signe des endroits abandonnés.

 En poursuivant, à gauche, on retrouve l’ancienne école primaire de garçons. C’est la copie conforme de celle des filles. Au tout début, le collège, c’était ça : ce vieux bâtiment avec quelques préfas… une seule classe par niveau. Dans le grenier, se trouvait l’internat. Je n’avais pas le souvenir que les vasistas aient été aussi étroits. Ce n’était pas le lieu idéal pour y accueillir des élèves. C’était juste un grenier pour y entasser les vieux manuels poussiéreux mis au rebut, dans le genre, « Le Tour de France par deux enfants »

Devant la grille, il y avait deux élèves avec des vélos de cross. Ils sont en classe de quatrième dans le nouveau collège Jéhan-le-Fréron. « Ici, c’était vétuste et plus rien n’était aux normes », m’ont-ils appris. Quand je leur ai dit que j’avais connu l’ouverture de ce bâtiment, ils hallucinaient un peu. Je ne sais pas s’ils m’ont cru ! Ils n’ont aucune idée de qui pouvait bien être Jéhan-le-Fréron ! Le contraire m’eût étonné ! Mais ils sont sûrs que le nouveau collège s’appelle bien comme cela. « C’est inscrit sur le bâtiment », m’ont-ils confié. 

Ma femme – qui est une ancienne prof de français – a entrepris de leur faire un cours sur Elie Fréron et Voltaire. C’est une sorte de réflexe de Pavlov. Quand elle voit des élèves, elle ne peut pas s’en empêcher. J’ai vu qu’ils galéraient un peu et que Fréron et Voltaire ne leurs étaient pas familiers. Alors je leur ai dit, qu’en quelque sorte, « Elie Fréron était l’ancêtre d’Éric Zemmour ». J’ai vu leurs visages s’éclairer. Zemmour, ils voient bien qui c’est !  Ce n’est pas encore cette fois que j’apprendrai qui est Jéhan-le-Fréron… ni qui détient l’information secrète ! 

Pour en savoir plus…

Du collège Jéhan-le-Fréron de Crèvecœur-le-Grand, 60360

Alain Cadet, journaliste
Alain Cadet, journaliste

Il a débuté dans la vie professionnelle comme enseignant. Après avoir coché la case du métier de photographe, il s’est orienté vers la réalisation de films documentaires, activité qui a rempli l’essentiel de sa carrière. Arrivé à la retraite, il a fait quelques films… mais pas beaucoup ! Les producteurs craignent toujours que, passé 60 ans, le réalisateur ait la mauvaise idée de leur faire un infarctus, ce qui leur ferait perdre beaucoup d’argent ! La suite a montré qu’ils se sont peut-être montrés un peu trop frileux, mais cela fait partie du passé. C’est ainsi que l’ancien réalisateur – un peu photographe, sur les bords – s’est mis à collaborer avec différents journaux. Il a aussi écrit des livres sur la guerre de 1914 – 1918 où l’image a une place importante. C’est ainsi que dans ce blog, on trouvera beaucoup d’articles sur des peintres ou des photographes anciens ou contemporains, des textes relatifs aux deux guerres, mais aussi des articles opportunistes sur différents événements. Comme les moyens du bord sont très limités, cela a obligé l’auteur à se remettre à la photographie – sa passion de jeunesse – pour illustrer ses textes. Il ne s’en plaint pas !

Articles: 384

Un commentaire

  1. Bonjour Monsieur,

    Une petite recherche sur Gallica me met sur la piste d’un certain « Jean le Fréron » de « Cateu en Beauvoisiz » …ce qui correspond probablement à « Catheux », commune très proche de Crèvecœur.

    Ce Jean le Fréhon aurait participé à la Jacquerie et en particulier à la destruction du château de Catheux.

    https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5400862t/f354.image.r=%22J%C3%A9han%20le%20Fr%C3%A9ron%22Cr%C3%A8vec%C5%93ur?rk=64378;0

    https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5738485g/f91.image.r=%22J%C3%A9han%20le%20Fr%C3%A9ron%22Cr%C3%A8vec%C5%93ur?rk=21459;2

    Je m’aperçois que cet évènement, et ce personnage, sont déjà cités sur la page Wikipédia de Catheux :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Catheux#Histoire

    Votre collège rend donc hommage à un chef de la Grande Jacquerie !
    Je suppose que c’est assez rare…
    Je ne me souvient pas avoir entendu parlé de cette épisode historique sur les banc de l’école.

Vous pouvez commenter cet article

En savoir plus sur Portraits d'artistes

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading