', 'auto'); ga('send', 'pageview');

Il y a dix ans disparaissait la résidence Rhin et Danube, 59370

La fin de la démolition de la barre Coty, novembre 2023, renvoie à un autre chantier, celui de la résidence Rhin et Danube, qui s’est déroulé il y a presque exactement 10 ans.

Les travaux de déconstruction de Rhin et Danube ont eu lieu du 20 novembre au 24 décembre 2013.

Décidément, novembre est une période funeste pour les immeubles des années 1960 de la ZUP de Mons. Coty et Rhin et Danube étaient des immeubles voisins, construits presque à la même époque. Rhin et Danube était plus grand : Coty, 8 étages, 96 logements était surpassée par sa voisine, 8 étages aussi, mais comportant 140 logements. Pourtant, Henri Chomette, l’architecte-urbaniste qui avait dessiné le plan de masse du nouveau quartier, avait prévu un centre dense et vertical, illustré par la résidence de l’Europe, tandis que l’habitat périphérique se devait être aéré et de dimensions plus modestes. Mais la demande pressante de logements, le souci de rentabilité vont bouleverser cette logique… 

Rhin et Danube en est une parfaite illustration !

Le premier permis de construire déposé en 1961 prévoit un immeuble de 5 étages et 102 logements. Modifié en 1965, il passe à 8 étages, pour 127 logements. Finalement, trois ans plus tard, on compte 140 appartements. Pourtant, l’arrivée des premiers résidents est ressentie comme un grand progrès. Les logements sont vastes et clairs. Ils disposent de tout le confort moderne qui contraste avec les habitations vétustes des vieux quartiers de Lille où ils vivaient précédemment. Avec le centre commercial de l’Europe, à deux pas, on pouvait trouver la plupart des biens et services nécessaires au quotidien. Mais, dès la fin des années 1970, progressivement, beaucoup de ces locataires quittent les lieux. La crise économique, le chômage, la concentration de la population font apparaître beaucoup de problèmes, souvent dénoncés par les locataires eux-mêmes. L’entretien de l’immeuble était devenu de plus en plus délicat. Les inondations n’étaient pas rares. Minés par des champignons, la plupart des appartements des étages supérieurs étaient condamnés. Tout cela a conduit à la décision de raser l’un des immeubles les plus imposants de l’ancienne ZUP de Mons. Avec la disparition de Rhin-Danube en 2013 et Coty en 2023, c’est une page de l’Histoire de la commune qui se tourne et qui se traduit par une modification profonde du paysage urbain.

Voir aussi :

Rhin et Danube, un symbole de la Ville Nouvelle, 1961-2013, 59370

Vous pouvez commenter cet article