Régis Goudey a retrouvé son équilibre à travers la vie associative.

Régis Goudey

Régis ne rate aucun événement citoyen de la commune.

Régis Goudey
Régis Goudey

Il a belle allure et porte toujours la même paire de lunettes de soleil. « Je suis aveugle », explique-t-il. « Mes lunettes c’est ma manière à moi d’être anonyme, de ne pas afficher d’entrée de jeu mon état et de ne pas déranger les gens ».

Régis a fait des études hôtelières. Pendant de nombreuses années, il a servi, en salle, dans un restaurant lillois de prestige. « On y voyait beaucoup de figures de la politique et du showbiz». témoigne-t-il, « Ce travail me plaisait beaucoup ». En 1999, Régis est frappé par une grave maladie. Il perd totalement la vue en moins d’un mois. « Lorsque je me suis rendu compte que j’étais aveugle, cela a été un choc terrible », poursuit-il. « Pendant trois ans, j’ai cessé de vivre. Je n’ai aucun souvenir de cette période. Le monde a continué sans moi ». Les répercussions familiales sont importantes Annick, son épouse, abandonne son travail pour s’occuper de lui. Valentin, le plus jeune de ses trois enfants voit ses résultats scolaires fléchir. « La famille était en grande souffrance », se souvient Régis. « Un beau jour, j’ai décidé que j’allais très bien. Comme par miracle, tout s’est arrangé. J’ai redécouvert les événements qui s’étaient produits pendant mes trois ans d’absence. J’ai commencé à reconstruire ma vie ».

Régis intègre plusieurs associations Monsoises. Il fait partie du Conseil d’Administration de Caramel (le Centre social du quartier Concorde, proche de son appartement). Il participe au groupe de travail qui fait la liaison entre les habitants et Partenord (le bailleur de son immeuble). « Nous travaillons à l’amélioration du quotidien », précise Régis. Quatre fois par semaine, il se rend, seul, à pied, à la salle de musculation de l’avenue Rhin-Danube. « Dans mon cas, il vaut mieux travailler sa forme physique et son équilibre », ajoute-t-il. «La déambulation à travers la ville n’est pas toujours facile. Ce qui est très gênant, ce sont les voitures garées à cheval sur les trottoirs. Le  caniveau est le point de repère de ma canne. Les potelets posés pour limiter le phénomène n’arrangent rien, ils sont aussi des obstacles. Avec le temps, j’ai fini par me dire que la voiture fait partie du mode de vie des gens et qu’il faut faire avec ».

Régis est également un farouche mais pacifique supporter des DVE, dans le virage nord. Il va au cinéma. Dernièrement il a beaucoup aimé Intouchables. « C’est un excellent film. Ce n’est pas seulement à cause du sujet », assure-t-il. «A la télévision, J’apprécie beaucoup les documentaires ainsi que les films qui font parcourir le monde. »

Régis voyage beaucoup : il est allé passer 15 jours au Mali avec les Touaregs. L’année suivante ce fut le Sénégal et la région des mangroves, à pied, de village en village.

« Il faut avoir confiance et se dire que la vie vaut la peine d’être vécue à condition de vouloir la construire », conclut-il.

Auteur : CLP

Enseignant une quinzaine d’années et se réoriente vers la photographie puis la réalisation de films documentaires. Ayant connu toutes les évolutions techniques de la profession du cinéma 16 mm juste qu’à la vidéo haute définition, Alain Cadet finit par faire valoir ses droits à la retraite en tant que salarié. C’est un retraité très actif puisqu’il continue à faire des films dans le secteur privé. Il écrit aussi désormais beaucoup pour des journaux locaux et surtout sa collaboration avec la presse écrite lui a permis de renouer avec la passion de sa jeunesse : la photographie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *